Fermeture du BUTYL (suite) le 19/12/14



ANNONCE DE LA FERMETURE DU BUTYL :
                    LE DÉBUT DE LA FIN POUR GRAVENCHON ?
Lors du CCE EMCF du 16 décembre, la direction a froidement annoncé un projet de FERMETURE de l’unité BUTYL de Gravenchon, entrainant la suppression à minima de 76 emplois dont 47 en 3x8 continus ;
 Auxquels viennent s’ajouter en conséquence plus de 250 emplois indirects supprimés.
Si elle venait à être mise en œuvre, cette annonce faite en toute illégalité, sans qu’elle ne soit portée préalablement à l’ordre du jour du CCE, en même temps qu’à la presse, est le démarrage d’un processus de mise à mort programmée de toute la plateforme pétrochimique de Notre-Dame de Gravenchon.
Depuis de nombreuses années, ExxonMobil a mis dans la tête des travailleurs que le BUTYL est une unité qui produit à perte et maintenant c’est toute la chimie, peut-être ? Mais une chose est sure, c’est que cette orchestration est organisée par la direction. Qui a construit de grosses unités en ASIE ? C’est bien la corporation qui a décidé de tuer notre outil de travail et même toute la pétrochimie en France comme en Europe.
LA CGT NE LAISSERA PAS MOURIR UN BIJOU INDUSTRIEL POUR SATISFAIRE LA CUPIDITÉ DES ACTIONNAIRES NI ALIMENTER LE BONUS DU PDG ET DU DRH EN FRANCE AU DÉTRIMENT DES INVESTISSEMENTS !!!
LA DIRECTION VOUS SOUHAITE UN JOYEUX NOEL
Pourtant, le directeur du site avait annoncé le 25 novembre à la réunion plénière du personnel que tout allait bien et qu’aucune B.U. ne fermerait, ce qui avait remonté le moral des troupes. Pourtant, vos BTL vous racontent sans arrêt que tout va bien…

Les membres du CCE, dans le dégout, ont immédiatement demandé une suspension de séance et ont voté à l’unanimité un droit d’alerte « expertise économique sur le BUTYL dans un premier temps ». La CGT ajoute que la direction est délinquante et considère qu’elle a commis un délit d’entrave au CCE. Si c’est avéré, la CGT interpellera par le vote d’une motion son secrétaire : nous demandons que le CCE entame une procédure juridique contre la direction pour entrave.
Un CCE de consultation est programmé le 14 janvier, dans 4 semaines. A cause de la loi de sécurisation de l’emploi, suite à l’ANI de janvier 2013 signé par les confédérations CFDT et  CGC, les procédures de consultation vont maintenant très vite et se trouvent quasiment réduites à une formalité administrative.

Le SEUL recours, la seule défense que nous avons dans un cas pareil se trouve dans la mobilisation des salariés, dans leur volonté farouche de sauver l’activité industrielle.
Plus de Butyl aujourd’hui, c’est plus de Steam Cracker demain et plus de raffinerie après-demain.
La CGT fait un appel solennel, qu’il faudra se remémorer : La lutte est incontournable, elle ne vise pas 2 ou 3% de plus sur sa feuille de paye, mais la PÉRENNITÉ même de l’ensemble de la plateforme.
QUE CE SOIT POUR NOUS, POUR LES JEUNES POUR L’AVENIR DE NOS ENFANTS, CETTE PLATEFORME DOIT VIVRE !!!

Fermeture du BUTYL

Ce matin le 16/12/14, la direction générale a annoncé aux élus du CCE sont intention de fermer l'unité du BUTYL. Ce projet causera la destruction de 76 postes organiques et surement le licenciement de très nombreux sous-traitants.
Le processus de consultation débutera le 14 janvier 2015 et devra être terminé trois mois plus tard ( merci à l'ANI du 11/01/13 qui a supprimé les recours des CE et des CHSCT ) pour une fermeture définitive programmée au troisième trimestre 2015.
La CGT organise en intersyndicale une réunion d'information à l'audito du CTA le mercredi 17/12/14 à 14h afin de débattre avec les salariés impactés de la suite à donner à cette annonce, annonce qui intervient à quelques jours des fêtes, quelle délicatesse de la part de notre direction.

Les travailleurs suspendent la gréve

Les travailleurs des secteurs pétrole, en gréve depuis lundi soir pour certains, ont décidés en assemblée générale de suspendre la gréve dans l'attente des deux CCE pétrole et chimie de lundi et mardi.
A cette occasion vos élus CGT vont rencontrer le PDG et lui transmettre vos revendications, à savoir la réouverture de la négociation salariale et l'arrêt des attaques incessantes sur l'emploi et l'alourdissement de la charge de travail.
Les travailleurs font d'ores et déjà savoir qu'en cas de refus de la direction de négocier, ils sont prêt à reconduire le mouvement pour faire la jonction avec les travailleurs de la chimie, qui n'attendent que l'ordre de redémarrage du Steam pour faire entendre leur mécontentement.

On entend aussi que les travailleurs prêtent une attention particulière à l'ouverture des négociations salariales de nos camarades de TOTAL qui auront lieu mardi prochain (16 décembre).

APPEL A LA GREVE

En réponse à l'ultimatum à la signature de l'accord salarial 2015, la CGT appel à la gréve immédiate à la raffinerie et à la gréve illimité à partir de ce soir jeudi 11 décembre à la chimie.
joignez vous à l'assemblée générale de ce soir à la porte A qui votera la gréve !

FACE À L’AUSTÉRITÉ SALARIALE... LA GRÈVE S’IMPOSE

Un bref compte-rendu des négociations salariales ExxonMobil d’hier :
Pendant l’essentiel de la négociation, les 4 organisations syndicales ont porté une revendication commune, avec une enveloppe AG/AI de 4%, plancher de 80 €, et prime de quart sur le coefficient 340. Après une journée utilisée par la direction pour essayer de nous tirer des larmes sur le « pauvre » sort de l’affilié français d’ExxonMobil, la proposition ultime sur les salaires a été :

            - AG = 0,9%

            - AI PE = 1 %           

            - AI PS = 0,5%

            - Enveloppe de 2,3%

Cette proposition d’augmentation générale, une véritable provocation, est très inférieure à l’inflation réelle, dont le calcul donnent autant d’importance à la baisse des téléviseurs HD qu’à la hausse de prix du gaz ! Ceci dans un contexte où la chute des prix du pétrole brut fait battre des records aux marges de raffinage !!
Aucune des revendications de la CGT n’a été entendue.

Comme le 27 novembre dernier pour les salariales de la branche Pétrole, ce résultat des négociations ExxonMobil n’est pas étonnant, compte tenu du manque de rapport de forces exprimé au préalable.
En fin de négociation, la CGT s’est déclarée non signataire, suivie par FO. Les deux autres syndicats, visiblement gênés de ne pas signer d’accord deux années de suite, ont déclaré vouloir « consulter leur base » avant de se prononcer. Le texte est ouvert à la signature jusqu’à lundi.

Prévenus de la proposition inacceptable de la direction, des salariés se sont mis en grève dès hier soir, relayant l’appel de la CGT. La direction locale, incompétente et complètement dépassée, a pris la grave responsabilité de laisser travailler le quart descendant plus de 12 heures d’affilée, ce qui est non seulement illégal, mais irresponsable par la mise en danger des salariés et des populations. La CGT est en train de mettre en œuvre les voies de recours pour ne pas laisser ce délit impuni.
En attendant, la question se pose : Allons-nous encore cette année, subir une austérité salariale, imposée par les directeurs français ExxonMobil, dont le bonus dépend de la petitesse du chiffre d’AG ?

La CGT seule ne peut faire des miracles : Sur le sujet des salaires, comme sur la très grave remise en cause annoncée de nos retraites, nous n’avons pas d’autre choix que d’interpeler les salariés en direct, qui doivent s’exprimer.

Face à l’immobilisme de la direction, la CGT appelle à la grève dès à présent pour l’obliger à revenir à la table des négociations et entendre nos revendications.                                          TOUS EN GREVE !!

FIN de NEGOCIATION

La CGT et FO se déclarent non signataires.
les autres OS prennent le temps de réfléchir et souhaitent consulter leur mandant….

On connait la suite….

La direction laisse aux Organisations Syndicales jusque lundi 11h00 pour se prononcer. Sans réponse de celles-ci, elle prendra ses responsabilités : CHANTAGE !! A t' elle peur du NON redémarrage du Steam ??

Il est clair que la CGT ne peut signer cet accord d'un si bas niveau qui ne reprend en rien les revendications des salariés que nous représentons. 

18h00 Les propositions dites « ultimes »

AG de 09% 

AI de 1% pour les PE, 0.5% pour les PS

Enveloppe 2,3 % pour OETAM et  cadre avec passage automatique au K435

Clause filet cadre avec 0.5 % pour 90 % des cadres
Pas de prime, pas de plancher.

A 18h00  pas de signataire……

La direction donne jusqu'à lundi 15 décembre pour signature.

FO demande une suspension de séance pour réfléchir. 

17h00 L'intersyndicale n'existe plus !

Le socle commun d'une enveloppe à 3% est rejeté par la CFE/CGC qui refuse de proposer une enveloppe supérieure à 2,8%.
L'intersyndicale vient de sauter !!
Les OS proposent, de façon séparée, les propositions suivantes : 
CGT :
- Enveloppe de 3% avec plancher à définir
- Attribution d'une prime socialisée

CFE/CGC :
- AG=1,2%
- Enveloppe de 2,8%
- Revalorisation automatique K420 à K435 pérenne
- Clause filet avec 1,5% d'augmentation

FO :
- AG=1,6% avec un plancher de 50€
- AI= 0,8% pour PS
- Prime à définir

CFDT
- AG=1,2%
- AI=0,8% pour PS
- Revalorisation de l'abondement

 Suspension de séance, la direction reviendra avec son ultime proposition….

16h30 Reprise de la négociation par les propositions de la direction

AG=0,7%
Enveloppe (AG+AI+Promo+ancienneté)=2,1% pour les cadres et OETAM
Mise en place clause filet : augmentation de 0,5% pour 80% des cadres hors prime JRTT
Augmentation de 2% des mini UFIP pour le passage du K420 au K435.
Pas de plancher, pas de primes, bref, une augmentation d'environ 15€ pour un K200 !! Mais n'oubliez pas : faites des efforts !!

Les Organisations Syndicales CFDT et CFE/CGC souhaitent se retirer pour discuter à part avant de proposer un socle intersyndical !! 
L'intersyndicale a du plomb dans l'aile !! cela  n’étonnera personne

15h30 reprise des débats

Après une suspension séance, les Organisations Syndicales font évoluer le socle commun de la façon suivante :

- AG+AI=3% avec mise en place d'un plancher,
- AG=2%

- Promotion automatique K415/...
- Clause filet pour la population cadre

  La CGT ajoute à ce socle commun les revendications suivantes :
- AG non plafonnée,
- Prime socialisée

La direction prend note et demande une longue suspension de séance