Brèves

Quelques nouvelles de l'actualité sociale chez ExxonMobil :

_ Égalité femme/homme : la CGT a demandé l'ouverture d'un négociation à ce sujet car d'important écarts de salaire existent encore entre femmes et hommes chez ExxonMobil à coefficient et ancienneté équivalente, la direction refuse de mettre en place un plan de rattrapage mais veut bien discuter d'autre aspects de ce sujet, n'hesitez pas à prendre contact avec la CGT afin de nous donner votre avis sur ce sujet.

_ Prévoyance lourde (contrat Générali) : la direction veut supprimer la rente versée au conjoint survivant en cas de décès du salarié ExxonMobil et la compenser en partie par un capital. La CGT a fait des propositions d'améliorations du texte existant, notament sur la prise en compte des salariés ayant des enfants handicapés. Prochaine date de négociation le 14 juin.

_ Équipe de jour Escadd : la CGT craint que cette réorganisation n'ai pour but de préparer de nouvelles suppressions de postes dans ce secteur, les autres OS ont toutes voté l'avis du CHSCT faisant toute confiance à la direction pour la mise en place de cette équipe.

_ Mobilisation loi travail/El Khomry : les actions coup de poing de ce jeudi 28 avril ont été assez bien perçues par la majorité des salariés et la participation aux manifestations a été bonne malgré la désinformation constatée dans les médias. De nouvelles actions plus dures encore sont déjà prévues afin de faire reculer le gouvernement sur ce projet de casse des droits des salariés sans précédent, la direction ExxonMobil a déjà réservé des dates de négociation en fin d'année afin de mettre en application cette loi dés qu'elle sera promulguée.

 _ Procés Habillage/Désahabillage : la direction a réussi à de nouveau faire retarder le procés, les conclusions finales de notre avocat devront être rendues avant fin juin en préalable à la fixation de la premiére audience.

_ Procès RTT repris pour arrêt maladie : la direction ayant refusé de négocier sur ce sujet, un délégué CGT a assigné la direction au tribunal des prudhommes afin d'établir un précédent en cas de victoire, audience de conciliation prévue en deuxième semaine de Mai.

La CGT c'est vous qui la faites ! Syndiquez vous !

Touche pas à ma barbe

     Jeudi 24 mars dernier, un directeur technique flamand au nom imprononçable s'est mis en tête de se faire une notoriété en attaquant une institution française : la pilosité faciale !!!
En effet, depuis nos ancêtres les gaulois, nous autres français sommes passés maitres dans le taillage de moustache, barbe, rouflaquettes et autres, n'en déplaise aux nations barbares, en France on a du style !!!
     Ce triste sire germain avance une amélioration de la sécurité comme argument pour exiger de nous ce sacrifice aux standards d'image du Texas. Demandons nous comment cette annonce sera accueillie par nos collègues mexicains, pakistanais ou saoudiens...
     Il va sans dire que cet argument fallacieux sera démonté par vos élus CGT en CHSCT et en CE. En effet, va t'il falloir interdire le port de la cagoule de feu sous le masque ARI ? Pourtant l’étanchéité du masque est compromise par cette dernière ! Les masques de fuite "spécial barbe" sont plus efficace, plus compact et moins chers que les masques standards, pourquoi ne pas les généraliser ? De plus, la loi EXIGE que l'employeur supprime le risque à la source, si ce n'est pas possible toutes les protections collectives doivent être mises en place pour protéger les travailleurs et enfin seulement à titre exceptionnel, c'est le port de l'EPI qui est préconisé ! L'employeur avance une recommandation de l'INRS pour donner du sens à son propos, si on la lit jusqu'au bout elle préconise le rasage toutes les 6 heures, les postés concernés auront droit à 2 pauses rasage dans leur quart ?
     Coté juridique, il va sans dire que cette demande pourra être considéré comme clause abusive dans un contrat de travail dés lors qu'un travailleur demandera l'arbitrage du tribunal des prudhommes, quant aux sanctions, la pire que l'employeur pourra appliquer sera le classement en PI, le règlement intérieur ne faisant pas mention de cette obligation de rasage.
     Toutefois, la loi travail dite "El Khomri" prévoira qu'en cas de refus d'une modification du contrat de travail, le licenciement peut être invoqué de façon légale, raison de plus pour les salariés ExxonMobil de se mobiliser contre cette loi le 31 mars prochain !
     On peut se questionner sur la prochaine étape, obligation du port de la jupe au genou pour les femmes pour éviter les chutes ? Régime pour le personnel en surpoids afin d'éviter l’essoufflement ? Interdiction du bronzage afin d'être mieux vu sur les unités la nuit ?
     Cette provocation intervient à un moment crucial dans le but de nous aveugler, car en même temps nous subissons une attaque sur l'emploi au LPP, un chantage à l'emploi à ESCADD et des menaces sont prévisibles sur la maintenance et le SCAN.
     Plus que jamais l'union fait la force, il est temps pour tous de se syndiquer massivement à la CGT afin d'être protégé par le collectif des syndiqués contre cette attaque sournoise.
    

31 Mars .Retrait de loi travail : Exigeons notre dû !!


Après plus de 450 000 manifestants le 9 mars dernier, chiffre qui n’a cessé de croire le 17 mars puis le 24 mars (avec plus de 8000 manifestants au HAVRE ce jour-là), nous devons désormais mettre toute la force des travailleurs, des lycéens et des étudiants pour imposer
LE RETRAIT TOTAL DE LA LOI « EL KHOMRI »
Les annonces faites par le Premier Ministre pour « aménager » la loi du travail n’ont pas convaincu et pour causes : Elles ne changent en rien la destruction massive des acquis sociaux  retranscrits dans le code du travail actuel, qui peuvent se résumer en deux phrases :
Fin de la hiérarchie des normes, autrement dit, fin du Code du travail commun, et mise en place d’autant de codes du travail qu’il y a d’entreprises.
Avec cinq millions de chômeurs, la « solution » serait de faciliter encore les licenciements ?? Cherchez l’erreur !
Comme pour le CPE en 2006, des millions de travailleurs et de citoyens expriment un soutien clair à la démarche entreprise par la CGT et les jeunes, qui visent au retrait de la loi. Les salariés de la fonction publique, même s’ils ne sont pas touchés tout de suite, seront massivement en grève et dans la rue le 31 mars prochain pour obtenir le retrait de cette loi.
Les jeunes, fortement mobilisés, attendent beaucoup d’une convergence de luttes avec nous les salariés, pour stopper ce gouvernement au service des patrons comme ceux d’ExxonMobil et d’autres, qui viennent de déposer leur propre cahier de revendications.
Et nos revendications à nous ?? N’est-il pas grand temps de relever la tête, retrouver la dignité d’affirmer que toute la richesse de ce pays et des entreprises est créée par les seuls travailleurs ?
Exigeons notre dû ! Pour le retrait de la loi El-KHOMRI  Pour nos revendications : TOUS EN GREVE LE JEUDI  31 MARS 2016











Négociations PREVOYANCE et PIA : 2 négociations - 2 mascarades

L'année 2015 a été une très mauvaise année avec notamment la refonte de notre accord retraite. Afin de se prémunir d'éventuels hausses hypothétiques des taux de retraite des régimes nationaux, la direction, avec l'aide d'organisations syndicales, a mis en place un accord leur permettant d'économiser près de 250 Millions d'euros, faisant supporter aux salariés le prix de la suppression de notre garantie de ressources par la mise en place d'un PERCO. En effet, la garantie de ressources ( à hauteur de 70%) était payée exclusivement par Esso. Aujourd'hui, des qu'il sera mis en place, vous alimenterez votre PERCO par l'intermédiaire d'un pourcentage de salaire mensuel, de la participation, de jours de congés. Autant de choses que nous avions en tant que pouvoir d'achat ou de temps passé avec nos familles, autant de choses que la direction nous a retiré…… Et l'avenir ne semble pas plus réjouissant. Deux autres dossiers ont été ouverts début 2016 : la prévoyance et P.I.A ( Participation - Intéressement - Abondement).
Prévoyance:
Cet accord date de décembre 2008. Il a pour objet de garantir un capital en cas de décès d'un salarié en activité professionnelle, des rentes en faveur du conjoint et des orphelins et des prestations en cas d'invalidité permanente du salarié. Le financement de ce régime de prévoyance est intégralement à la charge de l'employeur. Dans le régime de prévoyance actuel, que se soit pour le décès ou l'invalidité, dès l'âge de la liquidation des retraites , le conjoint (en cas de décès) ou le salarié (en cas d'invalidité) perçoit après liquidation de rentes légales une somme versée par les régimes nationaux (S.S, AGIRC, ARRCO) et une garantie chapeau versée par Esso. L'objectif de la direction est, selon eux, d'adapter notre régime de prévoyance actuel pour qu'il soit déconnecté du système de retraite, moderne et au niveau du marché.  Autrement dit, la direction ne souhaite plus, comme pour les retraites, subir les évolutions des régimes nationaux et de plus a mandaté une étude via un cabinet d'expertise (quand ils veulent ils savent le faire !) afin de mettre en évidence que, dans les entreprises modernes aujourd’hui, la cotisation n'est pas exclusivement patronale mais un partage salariale/patronale. Elle a un taux aujourd'hui de 0,97% du salarié brut. La direction n'a pour le moment fait aucune proposition mais nous a donné leur ligne directrice. Nous pensons qu'il souhaite supprimer la garantie chapeau ou la remplacer par une autre assurance que nous devrons prendre à notre charge. De plus il nous sera aussi demander de participer à l'effort de guerre, en cotisant mensuellement pour notre prévoyance. Par conséquent, vous comprenez que  la direction nous proposera de nouveau de perdre du pouvoir d'achat.
Participation-Interessement-Abondement.
Pendant que nous y sommes, nous avons discuté le 24/02/16 de l'accord Participation, Intéressement, Abondement (PIA). Discuter est peut être un mot un peu trop flatteur. Quand la direction ne souhaite rien négocier, la stratégie est toujours la même. Elle nous fait la lecture, mot pour mot du document (nous sommes peut être illettrés?), nous témoigne qu'elle ne souhaite rien changer à l'accord actuel, ne souhaite même pas négocier à la baisse (c’est gentil ça!) ou à la hausse l’accord (faut pas rêver non plus), prend par correction nos revendications et essaie péniblement de trouver des dates pour  en parler de nouveau.
Étonnant de constater que pour parler de PIA le calendrier est compliqué alors que des dates se libèrent très facilement pour la prévoyance. Bref, cette négociation a été une mascarade! Pour autant il nous semble important d'apporter des précisions sur l'accord Intéressement actuel, véritable usine à gaz. Il est calculé en additionnant une partie calculée des résultats économiques  des sociétés (REC) et d'autre part un indicateur de performance (IP).Le REC est constitué de la somme du résultat économique d'ESAF, D'ERSAS et d'EMCF.  Cette somme représente plusieurs millions d'euros mais remis à zéro en cas de résultat négatif. En fonction de la somme obtenue, des tranches sont mises en place afin d'élaborer, par la suite, une partie de la somme d'intéressement. Pour ce qui concerne l'IP, il couvre tous les sites industriels en se basant sur les écarts entre les objectifs définis et leur réalisation. Une bonne fiabilité des installations est par conséquent importante pour que cet indice soit respecté. En fonction de l'importance de l'écart entre objectif et réalisation se dégage une somme pour chaque société qui vient s'ajouter à celle du REC afin de constituer une enveloppe destinée à l’intéressement. Cette enveloppe sera ensuite reparti en fonction du temps de présence du salarié dans l’année écoulée (25% du montant de l’intéressement) et du salaire brut passible annuel (75% du montant de l’intéressement). Le plafond global des sommes distribuées ne doit pas dépasser 20% du total des salaires buts passibles des salariés.
Proposition de la CGT :
Remise en place du compte bloqué 7.2% pour le versement de la participation
Distribution égalitaire de l’intéressement
Déplafonnement des tranches du REC
Enlever les critères de l’IP
Monter l’abondement du Plan Épargne Groupe à 2000€
Plancher sur l’intéressement.

Loi Gattaz/El Khomry, pourquoi sommes nous concernés ?

Le projet de loi dit "travail" proposée par la ministre du travail est dangereux pour les travailleurs d'ExxonMobil car il prévoit la suppression de la hierarchie des normes, c'est à dire qu'un accord d'entreprise pourra, s'il est signé, être inférieur pour le salarié aux dispositions de la convention collective et du code du travail. Quelques exemples :
  • jours octroyés pour décès d'un proche supprimés alors qu'ils sont conventionnels.
  • heures supplémentaires déplafonnées à 46h hebdomadaires et lissées sur 3 ans, donc n'offrant pas la possibilité d'être dédommagé.
  • en cas de période de forte activité, passage à 60h la semaine et 12 heures par jours (cas des IM par exemple) avec une majoration de 10% des heures supplémentaires.
  • licenciements économiques même si la société n'a pas de difficultés financières : ExxonMobil supprime des postes à tours de bras, elle pourra désormais licencier en même temps, d'autant que le montant des indemnités prudhommales en cas de litige sera plafonné, il suffira donc de provisionner ces sommes à l'avance dans un projet de fermeture de service !
  •  11h de repos légales entre deux jours de travail suspendues, on pourra donc faire des Q2/Q1 ou des Q3/Q2 sans que cela ne pose de problèmes. De plus par ce biais, fini les AAP pour raison de service en cas de rempotages ! fini les repos cerclés conventionnels !
  • baisse des salaires sur simple accord : quand on voit déjà le chantage à l'emploi dont nous faisons l'objet, qu'est ce qui empêchera notre direction de le mettre en place ?
  • non paiement du temps d'astreinte si il n'y a pas d'appel du salarié !
  • En cas de refus de modification de son contrat de travail : licenciement !(qui va devoir se raser sous peine d'être viré ?)
  • fin des 35h de repos obligatoires sur 7 jours roulants, bonjour les périodes non-stop de 14 jours de travail consécutifs en cas de gros chantiers !!!  
    Pour ceux d'entre vous qui se disent : "ça c'est pour les autres ExxonMobil ne l'appliquera pas", sachez que nos directions font marcher à plein les systèmes mis en place par le gouvernement comme par exemple le CICE, l'ANI 2013 qui permet de passer en force en deux mois les plans de suppressions d'emplois (butyl, LPP, bloc 25, Supply chain etc...) et les lois Macron/Rebsamen sont en train d'être appliquées en ce qui concerne la représentation des salariés qui sera réduite à sa plus simple expression.
    Pour ceux qui se disent : "de toute façon il n'y aura pas de signataires", on a déjà entendu ça pour la suppression des RTT, la fin de la garantie de ressource retraite, les salariales au rabais... De plus la direction pourra organiser un referendum afin de Bypasser les représentants du personnel, et quand on connais la capacité de nos directions à communiquer et encore une fois à faire du chantage à l'emploi, il y'a de quoi s'inquieter.
Des initiatives citoyennes sont prévues partout en France le 9 mars prochain, la CGT à d'ores et déjà prévu une grande journée d'action le 31 mars afin de dire non à ce projet de loi d'asservissement des travailleurs !!!

Participation Interessement Abondement

Aujourd'hui 24 février se tient la "négociation" PIA à Rueil Malmaison. La direction a d'ores et déjà annoncé la couleur dans les documents préparatoires envoyés aux OS : "on reconduit le système actuel pour 3 ans ou on supprime l'abondement" !!!
Pour rappel l'accord en vigueur jusqu'au 31 décembre dernier était adapté à une période de vache maigres car en balance avec l'abondement il y avait l'indice de performance qui est totalement à la main de la direction ainsi que le plafonnement du calcul à 50% du bénéfice. le calcul des sommes versées se fait toujours à 75% en fonction du salaire de l’intéressé, quand un jeune embauché touchera 1800 euros, un cadre dirigeant touchera quant à lui 10 fois plus.
De plus les OS sont pressées par le temps car cet accord si il est signé doit l'être avant le 1er juin faute de quoi la direction menace d'appliquer le minimum légal c'est à dire des cacahuètes.
Nous allons tous ensemble payer une fois de plus l'absence quasi totale de rapport de force qui permet à la direction de dicter sa loi sans contrepouvoir, alors que la société a recommencer à générer des bénéfices colossaux, seuls les actionnaires et ceux qui touchent des bonus vont en profiter !!!

Dernière minute : dés l'ouverture de la négociation la direction explique qu'elle n'a aucunement l'intention d'améliorer cet accord, si il y a des changements ce sera du moins pour les salariés ou des changements "cosmétiques" !!!

PERCO: Clap de fin , les travailleurs vont encore casquer !


Le 10 février 2016 s’est tenue la dernière réunion sur le PERCO (Plan d'épargne retraite collectif)

Cette réunion à la demande de la direction avait pour seul et unique but de revenir sur l’accord collectif de groupe relatif au plan d’épargne retraite collectif signé par la CFDT et la CFE / CGC le 23 juillet 2015.

En effet, cet accord prévoyait la prise en charge de la totalité des frais de gestion et de tenue de compte par la direction d’ExxonMobil : page 9 Article 4 « Les frais de gestions et de tenue du registre des sommes affectées  au plan sont à la charge des sociétés signataires et de l’IGRS ESSO.

Pour essayer de nous faire passer la pilule, la direction dans sa « grande bonté » a décidé de nous octroyer en début de réunion un abondement de 1525 €/an versus 1500 € pour terminer à 1550 €/an avec une participation supplémentaire des travailleurs d’environ 17 € (soit environ à payer par le travailleur 517 €/an).

« Cette majoration » durera tant que la réduction du forfait social de 20% à 16% sera maintenue. Autrement dit, la direction ne s’inscrit pas à verser dans le temps cette aumône et de plus elle ne paye même pas cette augmentation de 50 €. Quelle générosité !!!

La direction par le non-respect de sa signature montre à quel point elle considère non seulement les organisations syndicales mais aussi et surtout les travailleurs d’ExxonMobil. Cela n’a pas gêné les signataires « dits responsables » de l’accord initial de signer une nouvelle fois cette baisse de pouvoir d’achat !

La CGT a dénoncé vivement le dévoiement de cet accord !

Après avoir tué nos accords retraites, la direction continue avec l’aide de ses syndicats complices de faire payer encore une fois les travailleurs !!!

De plus, la direction et ses sbires permettent aux gestionnaires de PERCO de s’enrichir sur notre dos sans aucune garantie en retour.

Nous pensions que les organisations syndicales représentaient les intérêts des travailleurs, il faut croire que ce n’est pas le cas des syndicats dits « réformistes » !


La CGT ne signe pas ce type d’accord ?

Pour la CGT, le PERCO participe à affaiblir le système de retraite par répartition de la sécurité sociale au profit d’un système par capitalisation qui n’assure, par définition, aucune garantie pour les salariés. Il suffit d’ailleurs de regarder ce qui s’est passé dans d’autres pays, notamment aux USA ou en Grande Bretagne ou encore en Argentine lors de la faillite de certains Fonds de Pensions suite aux errements des traders qui n’hésitent pas à « jouer » dans la sphère financière. Le PERCO favorise l’épargne au détriment de la croissance. Il ne contribue pas au fonctionnement de l’économie réelle. Ce système va encore augmenter le déficit de la sécurité sociale par les exonérations qui sont prévues. Ces exonérations sont mécaniquement des ressources en moins pour la protection sociale en général et pour les caisses de retraite par répartition en particulier. Cela démontre bien la perversité du système : La baisse programmée des pensions due à l’application de la loi Fillon/Sarkozy que nous combattons, entraîne ceux qui le peuvent à se retourner vers l’épargne retraite, qui prive de ressources notre régime de retraites par répartition de la sécurité sociale. Rappelons que TOUTES les sommes affectées au PERCO sont bloquées jusqu’au départ en retraite du salarié (sauf 5 cas de déblocage anticipé prévus par la Loi) ce que ne peuvent s’autoriser ceux qui ont toutes les difficultés à boucler leur budget à la fin du mois. La C.G.T. considère qu’il y a un autre partage de la valeur ajoutée plus favorable aux Salariés. Et pour conclure : « on a de l’argent à mettre dans les systèmes de retraites par capitalisation, mais pas pour en mettre dans le système par répartition : il s’agît ni plus ni moins, d’un choix politique servant à alimenter, sur le dos des travailleurs la finance internationale ! »

 

Informations diverses

Suppression de 7 postes au LPP : suite a la gréve de fin janvier vos élus vont interpeller la direction locale a l'occasion du CE de ce vendredi 19 février et donc exiger la suspension de ce projet de casse de l’emploi sur notre site. Espérons que le message envoyé lors de la grève aura été entendu.


Dans le dossier des RTT repris pour cause d’arrêt maladie, la CGT avait demandé à la direction de se plier aux recommandations de l'inspection du travail et de restituer les jours injustements repris selon la CGT. La direction nous a une fois de plus opposé un refus de discuter et nous contraint donc à en référer à de plus hautes autorités. Nous sommes conscients que poursuivre la direction aux prud'hommes exposerais le travailleur qui s'y risquerait à des représailles dans son travail, c'est pourquoi seuls des élus ou syndiqués vont initier une action en justice afin d'établir un précédent pour chacun puisse faire valoir ses droits sereinement. Nous recontacterons la centaine de personnes qui s'est déclarée lésée auprès de nous en temps voulu pour connaitre leurs intentions quand a la suite de la procédure juridique.

Procès Habillage/Déshabillage et litige sur les retenues pendant les jours de gréve : première audience sur le fond prévue le 15 mars prochain. En effet la direction par l'intermédiaire de ses avocats a essayé de faire annuler notre plainte c'est pour cela que ce dossier parait long à se régler, une fois de plus il s'agit d'un exemple de la conception du dialogue social de nos directions...

Tous les frais occasionnés par ces actions sont entièrement financés par les syndicats CGT de FOS/PJG et EMCF, pour soutenir ces actions syndiquez vous à la CGT !!!

Harcèlement : vos élus CGT ont eu écho de possibles comportements inappropriés de la part notamment de superviseurs dans plusieurs services récemment. Certains profiteraient de la faiblesse morale de leurs collègues ou de leur lien de subordination pour s'en prendre à eux. Ceci est inacceptable et les élus CGT ne laisserons pas faire cela sans réagir. Si vous êtes dans ce cas contactez immédiatement un membre de la CGT qui prendra les mesures adéquat pour que cette situation cesse ! Pour rappel le harcèlement moral quand il est reconnu est sanctionable de 2 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amendes !!!

PERCO : la dernière réunion de "négociation" sur le PERCO s'est tenue le 10 février dernier, retrouvez bientôt l’analyse de la CGT à ce sujet sur le tract en cours de distribution dans nos services.

Et Maintenant ?

La grève du LPP a été trés suivie avec un taux moyen de 90% de grévistes sur les 5 quarts concernés. Plusieurs travailleurs de jour ont aussi fait grève le vendredi 29 janvier ce qui a eu un impact sur le déroulement des travaux prévus.
Jusqu'au bout la CGT a tenté de raisonner la direction en lui demandant de suspendre son projet de suppression de 7 emplois, nous espérons sérieusement qu'elle saura entendre le message des salariés :
 "la casse de l'emploi pour assurer les bonus des nantis, c'est terminé !!!"
Lors de ces 40 heures de grève, les travailleurs nous ont refait part de leur détermination, cette grève n'est qu'un coup de semonce, si il faut de nouvelles actions pour faire reculer la direction, il y'en aura d'autres !!!

La CGT tient a remercier les élus de Force Ouvrière qui nous ont apporté leur soutien ainsi que les quelques travailleurs EM et EI qui se sont arrêtés pour nous encourager !

La lutte continue ! Tous ensemble pour sauver nos emplois !!!

Un point sur la gréve

Depuis jeudi soir à 22h le personnel posté du site de LPP est en grève et revendique la suspension du projet de consolidation des consoles du MPP qui amenera entre autre 7 suppressions d'emplois.
Le mouvement est trés suivi car cette nuit 92% des postés étaient grèvistes et pour le quart du matin c'est bien la totalité de l'équipe de quart qui est en grève. Aucune production ne sort et aucun travaux ne sont effectués.
Le piquet de grève se tient avec une determination sans faille mais néanmoins dans la bonne humeur. La CGT et FO vous encouragent à venir soutenir les grèvistes à la porte du LPP, vous y serez chaleureseument accueillis.
Il est à noter que malgré ce mouvement les deux autres organisations syndicales ont maintenu la suite de la réunion du CE ce matin même en l'absence des élus présents sur le piquet de grève.