deuxiéme effet RTT

Lundi 28 juillet vos élus CGT étaient présents pour la réunion mensuelle du CE EMCF, le rapprochement des deux salles de contrôle additifs 19/25 y a été traité. Nous avons constaté la volonté de la direction de passer de 30 habilitations consoles (19/25 et bi-console) à 20 travailleurs habilités à ces consoles d’ici 2016 ! (5 console 19/ 5 console 25 et 10 bi-console en incluant dedans les RCO). Le directeur a d’ailleurs remercié les signataires de l’accord RTT sans  qui ce tour de force contre les travailleurs postés n’aurait pas été possible.
     Le CE a donc renvoyé au CHSCT Est les points concernant la sécurité et les conditions de travail, néanmoins en nous rappelant que depuis l’ANI de sécurisation de l’emploi de janvier 2013 signé par la CFDT et la CFE-CGC au niveau national, et appliqué par FO dans les entreprises au niveau local (Renault) la consultation devra être bouclée pour le mois d’octobre !
     La direction a démarré le rouleau compresseur et a mis les gaz à fond !!! Le directeur nous a même menacé à demi-mots en insinuant que la direction aurait pu allez plus loin dans la réorganisation de ce service o combien rentable ! Pour mémoire l’accord RTT comportait cette mention :«la direction s'engage a ce que la mise en place du présent avenant n'ai pas d'impact automatique sur le nombre de contrats a durée indéterminée, en conséquence, la signature de cet avenant n’emporte pas accord sur la réduction du nombre de poste. La réduction du nombre de JRTT résultant du présent avenant n'a pas d'effet sur le SBF agréé par accord pour le personnel posté ». La direction n’aura pas tardé à revenir sur sa parole comme à son habitude.
 La CGT va venir vers les travailleurs concernés pour mettre en place une riposte à ces attaques incessantes.

La CGT dénonce l'accord RTT

Comme nous l'avions dit à de nombreuses reprises, la CGT a dénoncé l'accord RTT en utilisant le processus légal dédié. Malheureusement cette action restera symbolique car la CGT n'atteint pas les 50% de représentativité nécessaires pour que cette dénonciation soit effective et que l'accord qui entérine un recul social sans précédent chez ExxonMobil ne soit suspendu ou annulé. La direction a désormais tout le loisir de supprimer des postes dans les équipes de quarts et elle ne s'en prive pas! La razzia sur l'emploi, déjà engagée coté chimie et en train de se poursuivre au pétrole ! Néanmoins pour nous c'était tout de même important de le faire car quand la CGT promet quelque chose, elle le fait !

Trop de pression au SCAN



Grève des travailleurs du SCAN (laboratoire)
Le mardi 3 juin  2014, les travailleurs du SCAN se sont mis en grève pour défendre leurs conditions de travail.

Suite à l’annonce du 20 juillet 2010 concernant la réorganisation PROMPT, le 27 juillet 2010, la CGT a été le seul syndicat qui a osé dire clairement qu’il fallait défendre les emplois et les conditions de travail de l'ensemble des travailleurs.  La CGT appelait les salariés à riposter tous ensemble par une action à la hauteur de l’attaque. Pour les autres OS, il était une fois de plus......." URGENT D’ATTENDRE ! "
Le 28 MAI 2014, le directeur de la chimie déclarait à la commission économique et sociale « les effets de la réorganisation PROMPT commencent à se faire ressentir favorablement ».
Comme la CGT l'avait pressentit en 2010 et comme l'a souligné l'étude Risques Psycho Sociaux de 2012 ..... Les effets néfastes des réorganisations se font ressentir !
 La baisse importante des effectifs au SCAN de 4 salariés postés en 2x8 soit 1 par équipe et 5 à la journée, sans baisse de la charge de travail,  provoque d'une part une intensification du travail et une dégradation mécanique des conditions de travail générant du « mal être au travail » d’une grande partie des techniciens du laboratoire.
« Mal être au travail appelé également RPS (risques psycho-sociaux) » est un sujet qu’il ne faut pas prendre à la légère et qui peut avoir des conséquences psychologiques et physiques très importantes sur la santé des travailleurs.
La CGT réaffirme que l’organisation mise en place par la direction d’EMCF à travers PROMPT est une organisation pathogène susceptible de nuire durablement et gravement à la santé des travailleurs !
Les travailleurs du scan qui sont des véritables professionnels sont frustrés par les mesures actuelles mises en place par la direction qui les empêches de faire leurs tâches pleinement et correctement, en quantité et en qualité.
La grève du mardi 03 juin a poussé la direction à mettre en place des mesures insuffisantes qui ne peuvent être que provisoires : recrutement de 2 intérimaires pour une période de 6 mois.
Neuf suppressions de postes en CDI  et la direction en recréer deux en intérim...
De qui se moque-t-on ?
Pour la CGT, la seule façon de sortir de cette situation  est de créer des postes pérennes et d'embaucher des CDI en nombre suffisant pour résoudre l'ensemble des problèmes, notamment ceux liés au RPS.

Déclaration de la CGT en CCE le 11/06/14
Mr le président,
Comme dénoncée par la CGT dès le début de la réorganisation « PROMPT », la baisse importante des effectifs au laboratoire SCAN, non compensée par une baisse de la charge de travail, a provoqué des tensions importantes sur le personnel. L’enquête sur les RPS de la direction a également souligné cette situation en plaçant le SCAN en tête des services à risque de la société.
Malgré de nombreux avertissements (CE, DP, CHSCT) rien n’a été fait.
L’organisation pathogène mise en place par la direction a été mise en évidence par un accident du travail avec arrêt pour mal être au travail.
Les travailleurs du laboratoire et la CGT vous demandent d’agir rapidement, les solutions provisoires mises en place dans l’urgence (2 intérimaires pour 6 mois) ne sont pas suffisantes.
L’organisation a besoin de postes pérennes en CDI pour permettre de retrouver des conditions de travail sereines et sans risques pour la santé des travailleurs, santé dont vous, Mr le président, êtes légalement responsable.

Déclaration CGT à la réunion de DP du 14 mai 2014.
Le compte épargne temps n'est pas une variable d'ajustement pour permettre le fonctionnement d'un service qui a subi une réorganisation importante avec une perte considérable de salariés, tout en conservant une charge de travail identique voir supérieur.
Le SCAN est un service en manque chronique de personnel, la pression appliquée par la hiérarchie du laboratoire sur certain salariés pour qu'ils utilisent le CET n'est pas acceptable.
L’accord du 14 décembre 2011 précise à l'article 1 que "le compte épargne temps sera activé et alimenté à la seul initiative du salarié".
La CGT exige  de faire cesser immédiatement cette pratique.

Négociation retraite du 27 mars 2014



La première réunion sur la négociation des retraites EXXONMOBIL a eu lieu hier mardi 27 mai à Rueil Malmaison.
Après plus de 3 heures de lecture par la direction sur la situation actuelle des retraites en France et dans le groupe (blabla , blabla….), histoire d’occuper les Organisations Syndicales et de laisser le minimum de temps aux débats, la direction a demandé aux OS quelles étaient leurs revendications  dans ce domaine.
Pour la CGT, au vue de la baisse de 77millions d’€uros d’engagement sur les retraites en 2013, nous demandons pour le personnel de jour une anticipation de 1 mois par année d’ancienneté et 1 an d’anticipation pour 5 ans d’ancienneté  pour les postés (comme TOTAL) et une garantie de ressource de 75% versus 70% avec un calendrier à définir.
Réponse de la direction : NON  PAS POSSIBLE  !!!!!!

EN CAS DE NON ACCORD AVANT L’ETE 2015 :
DÉNONCIATION DES ACCORDS RETRAITES

 Pour la direction rien n’est exclu, mais il faut optimiser les couts !
 Déjà les représentants de la direction avaient donné leurs orientations (réduire les acquis au niveau de la convention collective)
  En clair cela veut dire :
- suppression d’anticipation de 18 mois pour le personnel de jour
- passage de l’anticipation postée de 5 à 4 ans
- disparition de la garantie de ressources
- mise en place d’un dispositif « PERCO » Plan Épargne Retraite Collectif qui soi-disant est la panacée et devrait garantir nos retraites (pour rappel : en 1996 le taux de calcul pour les retraites est passé de 1.9% à 1.65% puis en 2002 création d’un plan à cotisation défini qui engendre une cotisation supplémentaire pour les salariés signés par les OS qui nous expliquaient, à l’époque ,avec l’appui de la direction que tous ces changements étaient favorables aux salariés.
Et Patatra !! Dans les documents de la direction il s’avère que ce dispositif  ne donnera son plein rendement que pour les salariés ayant cotisés durant la totalité de leur carrière en 2040+ ! (La CGT avait bien identifié les limites de ce dispositif)
Maintenant ils vont vous vendre le PERCO= (transfert des cotisations patronales vers les salariés) comme la solution idéale.               
PROCHAINE RÉUNION LE  22 OCTOBRE 2014

La CFDT et la CFE/CGC valident le recul social


Les « syndicats » CFDT et CFE/CGC ont donc décidés en leur âme et conscience de valider le recul social souhaité par la direction, ainsi que la suppression d’un nombre de postes encore à définir entre 65 et 100 selon les dernières estimations, ce qui démontre le lien entre emploi et temps de travail. La CGT déplore cet état de fait et réitère sont point de vue sur cette attaque contre les conquêtes sociales : LA SOCIETE N’EST PAS EN DIFFICULTE ! Nous en voulons pour preuve le résultat financier en mars qui est en net redressement alors que les suppressions de postes des réorganisations ne sont pas encore actées.  Il s’agit donc bien d’un hold-up de la direction qui est maintenant familière de la méthode après le gel des salaires en début d’année.

Les salariés en 3x8 vont donc devoir effectuer 8 quarts de plus par an ce qui signifie 2 weekends en moins prés de leur famille et au moins 3 nuits de plus par an pour le même salaire, car la prime dite de compensation ne couvre la rémunération que de ces jours travaillés supplémentaires. On peut aussi déjà sans doute déplorer le départ à venir de nos CDD pour lesquelles la promesse d’un travail pérenne s’éloigne maintenant.

On peut regarder l’exemple de la lutte de nos camarades de TOTAL en début d’année qui ont obtenu le double d’augmentation de nous et dont les jours de RTT ne sont pas en danger actuellement car ils ont su faire passer un message fort à leur direction.

La CGT cherche un moyen de faire annuler cet accord mais ce ne sera possible que si les travailleurs se mettent en lutte dès à présent derrière nous.

Tout ça pour ça !

Vendredi 2 mai dernier une réunion s'est tenue en présence de notre PDG au sujet spécifique de la situation de FOS et à la suite des débrayages du weekend des 26 et 27 avril. Cette réunion concernait le temps de travail que notre direction veut absolument augmenter afin de pouvoir augmenter la rentabilité de chaque salarié et gaver un peu plus les actionnaires à tous les niveaux (Holding et corporation). Il n'est rien ressorti de positif pour les travailleurs de cet échange et la direction reste campée sur ses positions de recul social avant tout ! Cela est toujours inacceptable pour la CGT qui considère que la direction ferait mieux de se concentrer sur la situation catastrophique de la sécurité dans nos installations plutôt que d'attaquer sans répits les conquis sociaux des ses travailleurs.
La CGT prépare la riposte sociale et le procès pour le non paiement du temps d'habillage/déshabillage pour les postés, ainsi que le non paiement des primes pendant les jours de grève (qui constitue une discrimination) ne sont qu'un avant gout de ce que nous réservons à nos patrons !

La CGT fait valoir vos droits, engagez vous à la CGT !