Retraites : pourquoi la direction veut aller vite

La direction met tout en œuvre en terme d'emploi du temps et de moyens depuis l'ouverture de cette pseudo négociation afin qu'un accord soit signé rapidement "idéalement avant les Comité Centraux d'Entreprise du mois de juin" comme nous l'a fait souvent remarquer le DRH en charge. Des réunions spécifiques d'explications ont même été crantées afin que travailleurs et représentants soient bien informés des enjeux en présence.
Pourquoi tant d'empressement pour ce sujet ? Et bien depuis ce matin nous avons la réponse :
parallèlement à notre négociation dans le groupe ExxonMobil se tient une négociation nationale sur les retraites complémentaires dans laquelle le MEDEF (dont l'ancien trésorier était issu de l'Union Française des Industrie Pétroliéres (UFIP)) a dévoilé ses cartes ce matin :
Baisse de 40% de la rente complémentaire Agirc/Arrco entre 62 et 67 ans !
avec le dispositif actuel cette baisse des régimes complémentaires serait absorbés par la garantie de ressource ce qui ne sera PAS LE CAS avec le nouvel accord !!!
Il est donc plus que jamais primordial de conserver nos acquis face à la casse des systèmes nationaux !!

Fermeture et redéploiement Butyl

Chronique d’une fin annoncée
Le 11 Mai s’est tenu le CCE final de consultation sur le projet de fermeture du Butyl NdG. Les experts du CCE ont déroulé leur rapport qui laisse entrevoir qu’ExxonMobil a délibérément organisé la casse de l’unité Butyl pour pouvoir la fermer.
     Toutes les décisions concernant cette unité depuis 2008 ont aggravé sa situation et conduit à sa fermeture. Les choix financiers, l’investissement inexistant et les couts opérationnels imposés par  ExxonMobil Corp ont conduit à cette tragédie pour l’emploi local.
     La CGT a d’ores et déjà lancé avec les autres OS du CCE une procédure de « droit d’alerte » afin d’éviter que la société ne réitère cette même stratégie de casse de l’emploi ailleurs sur la plateforme.
Rappelons que la partie la plus rentable de la production sera délocalisée aux USA et que le butadiène viendra alimenter une rente minière de l’actionnaire.
     La direction a « laché » un engagement de zéro licenciements pour le personnel ExxonMobil en CDI mais cela ne doit pas faire oublier les dizaines de sous-traitants qui eux vont connaitre les affres du chômage tout comme nos CDD et apprentis  qui ne seront pour la plupart pas embauchés.

     En ce qui concerne la suite du processus, une nouvelle réunion de négociation sur le sujet du redéploiement s'est déroulée aujourd'hui (22 mai) même et a vue l'accord initial quelque peu amélioré:
_ suivi des redéployés sur 4 ans contre 3 ans auparavant
_ assurance donnée par la direction que les carrières des personnes redéployées ainsi que celles déjà en place dans les services d’accueil ne serait pas impactées négativement ou gelées à cause des quotas de coefficients des accords de compétences (la direction n'a pas expliqué le mécanisme, chaque cas sera suivi par la commission de suivi).
_ le paragraphe sur les licenciements économiques a été supprimé
_ la direction explique qu'elle veillera à ce que l'effort d'apprentissage d'un nouveau poste ou partie de poste soit compensée par l'accord d'apprentissage (prime des 35 euros) et qu'elle sera souple sur les critères, l'attribution de cette prime sera suivie par la commission mixte.
_ à la demande de la CGT, la direction va s'assurer que le décalage de l’arrêt ne va pas perturber les congés en juillet. 

Malgré cela la CGT ne sera pas signataire de cet accord car la direction a refusé de s'engager sur un nombre d'embauche de CDD et de BOP qui au final seront les premiers à pâtir de la fermeture du Butyl. De plus, ce texte contient beaucoup de vœux pieux auxquels la CGT ne porte aucun crédit. Ce que nous voulons c'est un engagement pour l'emploi et pour les salaires.

18h30 : pas de signataires (pour le moment)

18h30 : la direction a fini son exposé mais pas d'améliorations notables de l'avenant à l'accord retraite ne sont proposées (passage à 75% de la ressource pour le personnel de jour en CFC et passage de l'abondement PERCO de 1000 à 1300 euros (Waaouuuhhh !))  en conséquences aucune OS ne se prononce signataire (pour le moment). Les téléphones vont surement chauffer et les réunions de couloirs s'organiser rapidement ! A vous d'exprimer vos avis à vos représentants !!! Une ultime réunion de relecture sera bientôt tenue et les OS auront une fois de plus l'occasion de se prononcer ou non signataires de ce recul social majeur !!!

 17h15  : La direction continue inlassablement sont cours magistral sur le dispositif "discount" quelle veut mettre en place et elle n'a toujours pas laissé les Organisations Syndicales s'exprimer et donner leurs revendications, belle conception du dialogue social !!!



16h15 : alors que le temps défile, la direction n'a toujours rien annoncé de nouveau et s'entête a faire croire a vos élus que le système futur sera bon pour les travailleurs...
De qui se moque t'on ?

NEGOCIATION RETRAITE DU 18-02-2015

Par cette pseudo négociation, la direction confirme la dénonciation
de l’ensemble des plans de retraite H-MOF—Plans Esso

 
Mercredi 18 février 2015 s’est déroulée une nouvelle « négociation » de nos plans de retraite
actuels ; renégociation à la seule demande de la direction !
Pour vous permettre de bien appréhender cette « négociation », nous allons vous expliquer les enjeux et la vision patronale de ce que souhaite mettre en place la direction en reprenant l’interflash du 20-02-2015 :« La nécessité d’adapter sans délai notre système de retraite complémentaire »


cliquez sur l'image pour lire le tract
http://www.calameo.com/read/0030774940b9ebecdb597

Recul sur les retraites

le 19/02/15
La délégation CGT s'est donc bien rendue à la réunion concernant les retraites, hier 18 février, alors que nous aurions souhaité réitérer le mouvement contre la fermeture du Butyl et de nouveau refuser de négocier le recul social d'envergure voulu par la direction.

voici en résumé les intentions de la direction :
-Pas de groupe fermé, tous les travailleurs seront impactés y compris ceux qui sont proches du départ.
-Fin du plan MOBIL et mise en place d'une "cristallisation" pour tenir compte d'une partie des droits acquis à ce jour.
-Fin de l'anticipation pour le personnel de jour qui devra donc travailler 18 mois de plus.
-Retour à 4 ans d'anticipation pour 36 ans de quarts pour les 3x8.
-Garantie de ressources : ce sera a chaque salarié de cotiser pour se la garantir lui même !

La CGT a évidemment rappelé que les efforts sont toujours pour les travailleurs et les bonus, les stocks options et les retraites dorées sont pour les nantis de la direction !!! La direction compte changer les règles du "jeu" car elles ne lui sont plus favorable (en rapport avec la casse des retraites au niveau national).
Nous n'accepterons jamais un recul social, surtout dans une entreprise qui a gagné 34 milliards de dollars l'an passé.
A l'annonce de cette volonté claire de la direction, les OS ont quitté la réunion. N'aurait il pas mieux fallu ne pas y aller comme la CGT l'a proposé ?

La balle est dans le camp des travailleurs, allez vous accepter sans broncher une telle injustice ? Allez vous accepter de vous tuer littéralement à la tâche pour que des privilégiés se gavent à coup de bonus ?
La première des résistances c'est de se syndiquer, beaucoup de travailleurs l'ont compris et rejoignent en ce moment la CGT, y compris des cadres, faites comme eux, car l'union fait la force !

Destructions d'emplois à Gravenchon Lillebonne PJG


La direction d’ExxonMobil,  après la fermeture de l’usine de polypropylène, des unités côté raffinerie Mobil ainsi que de nombreuses suppressions de postes dans les services, a décidé la fermeture de l’usine de Butyl sur le site de Notre Dame de Gravenchon.

Cette fermeture organisée par la direction d’ExxonMobil entraînera la suppression de 88 postes sur la plateforme Chimie de Gravenchon ainsi que la suppression d’environ 250 postes pour les entreprises sous-traitantes.

Elle menacera un grand nombre d’emplois directs et indirects également dans l’artisanat, le commerce, l’immobilier ainsi que dans le service public.

En réaction à cette nouvelle attaque sur l’emploi, les organisations syndicales CGT / CFDT / CFTC / FO / CFE-CGC se sont réunies pour inviter l’ensemble des salariés ExxonMobil, les populations du bassin d’emploi de Lillebonne / Gravenchon, les salariés des entreprises intervenantes et sous-traitantes de la plateforme ExxonMobil, les élus locaux / nationaux et les médias à un rassemblement unitaire le 27 janvier 2015 à partir de 11h00 porte A devant ExxonMobil suivi d’une marche vers la mairie de Notre Dame de Gravenchon (fin de la manifestation vers 13h00).

Cette date n’a pas été choisie au hasard, car elle coïncide avec une réunion de négociation sur la destruction du plan de retraite des salariés voulue par l’entreprise Exxonmobil.

 

Nous préférons défendre l’emploi plutôt que négocier un recul social !

N’attendons pas de subir le même sort que l’entreprise NOROXO fermée par ExxonMobil.

 

TOUS ENSEMBLE POUR LA SAUVEGARDE DES EMPLOIS

 

Fermeture du BUTYL (3)



Les 14 et 15 janvier se sont tenu des CCE et CE extraordinaire sur les sujets de fermeture du BUTYL et de restructuration de la PMT Ouest. Ce qu’il en ressort c’est qu’ExxonMobil a décidé de fermer une unité qui n’est pas assez rentable à son gout pour faire plaisir à l’actionnaire américain. Néanmoins les productions à forte valeur ajoutée sont délocalisées dans les autres usines du groupe dans le monde et les clients sont conservés quand cette fermeture occasionnera la destruction de 80 emplois directs et d’environ 250 emplois induits dans la région.
Cette fermeture est donc bien voulue et organisée dans le but d’accroitre la rentabilité et d’augmenter les dividendes et les bonus.
La direction en profite de manière insidieuse pour casser les organisations de travail et restructurer à la baisse même là où la charge de travail va augmenter comme par exemple au Vistalon. La direction, forte du rapport de force à son avantage contre les salariés, avance ces pions :
_ Les postés feront beaucoup plus de quarts dans le futur et devront absorber les augmentations de charge de travail sans broncher.
_ Les CDD occupent des postes vacants et sont voués à ne pas être embauchés ou renouvelés même si des promesses leurs ont été faites.
_ La direction se garde la possibilité de licencier au cas où le reclassement proposé ne conviendrait pas aux travailleurs dont le poste a été supprimé.
_ La direction va utiliser a plein les entreprises sous-traitantes comme variable d’ajustement et précariser encore plus ces travailleurs pour accroitre la rentabilité d ExxonMobil.
_ Il s’agit d’une étape dans la volonté de la direction de détruire des emplois chez ExxonMobil, d’autres annonces de réorganisations et de restructurations sont à venir à court et moyen terme.
La CGT proposera bientôt des actions fortes pour stopper la direction dans son entreprise de destruction des emplois et de dégradation de nos conditions de travail. A vous de décider si vous acceptez d’être un mouton ou non !