La mort du Butyl


SEMAINE 30 DU MOIS DE JUILLET 2015.

Lors de la semaine 30 du mois de juillet  2 évènements que la CGT  juge  importants et graves

Accords retraite EXXONMOBIL
 Le 23 juillet rendu d’avis des CCE EMCF et de l’UES ESAF / ERSAS qui sonne la fin « de la pseudo négociation » des accords retraite EXXONMOBIL.
Malgré l’appel à la grève de la CGT du 23 Avril,  trop de travailleurs ont choisi de subir plutôt que d’agir.  Les conséquences vont malheureusement se faire sentir très rapidement. Les travailleurs  ont de bonnes raisons d’être très inquiets devant ce recul social sans précédent, pour preuve chacun fait son calcul dans son coin et nous pose beaucoup de questions.
Le manque de mobilisation des salariés a permis à la direction   d’aboutir à la destruction de nos accords retraite en obtenant  la signature de ses valets :  CFE-CGC et de la CFDT.

 

MORT DU BUTYL
Le 24 juillet: le BUTYL fabrique ses dernières tonnes.
Le 25 juillet : les dernières BALLES  sortent des presses.
Plus de 250 emplois vont disparaitre dans notre région. Là aussi la direction en parlant de reclassement à la vitesse grand V a réussi en mettant une épée de Damoclès sur la tête des travailleurs à ne subir qu’un rassemblement PORTE A avec un défilé jusqu’à la mairie de Gravenchon.
Comme pour PROMPT, la direction a fait ce qu’elle avait décidé,  aidée en cela  par certaines organisations syndicales  qui ne voulaient pas appeler un grand mouvement de grève en intersyndicale.

Dans les 2 cas, il est clair que nous, travailleurs EXXONMOBIL, nous avons entre nos mains un outil de travail et  des acquis sociaux qu’il nous faut défendre et cela tous ensemble et dès maintenant.

Arrêtons de subir, battons nous tous ensemble.

CCE pétrole et chimie spécial retraite

Ce matin et cette après midi 17/07/15 ce sont tenus les CCE de consultation sur la régression de l'accord retraite, comme prévu la CGT s'est opposée à cette nouvelle casse de nos acquis.
vos élus ont fait valoir les déclarations suivantes :

CGT EMCF


Les membres CGT du Comité Central d’Entreprise EMCF constatent, qu’il y a encore d’énormes points d’ombre sur les textes proposés au CCE notamment sur le calcul de la réversion et le capital constitutif ainsi que sur la désignation du gestionnaire du PERCO.
A ce sujet toutes les OS, vous ont demandé des réunions supplémentaires de façon à éviter toute incompréhension ce  que vous avez refusé  et  aujourd’hui le président du CCE nous propose une réunion technique dés septembre 2015.

De plus  les textes envoyés le 7 juillet 2015 ont été changé entre la dernière réunion de négociation et l’envoi aux membres du  CCE pour la réunion du 17 JUILLET 2015.
Exemple : AVENANT 1 COLLECTIF RELATIF AU  RÉGIME DE PONT DE RESSOURCES ET AU CONGÉ DE FIN DE CARRIÈRE. Nous avons entendu vos explications il n’empêche que tout changement de texte sans au minimum une réunion de relecture nous semble non conforme à la législation en vigueur.

Par ces motifs, les membres CGT du CCE du ne sont pas en capacité de rendre un avis.
 En l’état le faire serait vous donner un chèque en blanc.

CGT pétrole PJG et FOS :

les membres CGT du CCE UES ESAS/ERSAS constatent que les textes du projet d'accord ont été modifiés lors de cette séance
Nous avons demandé en séance a ce qu'une nouvelle version écrite de ces textes nous soit fournies lors de ce CCE
Devant le refus de la direction de nous fournir ces textes modifiés, les membres CGT du CCE ne sont pas en capacité d'emettre un avis en séance ce jour.

Ces points essentiel au niveau légal n'ont pas eu l'air de préoccuper les organisations signataires, la CGT à d'ores et déjà pris conseil au prés de l'administration pour connaitre l'étendue des déviations à la législation perpétrées par la direction lors de cette négociation et cette consultation "à la va vite".

     Suite à ces réunions, la direction a convoqué un nouveau CCE chimie le 23/07/15 afin d'être dans les clous concernant les délais de consultation, à cette occasion vos élus ont constaté de nouveaux manquements à la législation pourtant très favorable au patronat. 
     De plus, il ressort qu'avec les nouveaux accords, la réversion spécifique pour les orphelins est purement et simplement supprimée !!! La direction a proposé aux OS signataires de "discuter de ces points" à la rentrée sans aucun engagement d'amélioration de ces points de l'accord.
     En ce qui concerne le PERCO, la direction a rendu flou le mode de désignation du prestataire ainsi que le contrôle des représentants des salariés sur les choix en rapport aux fonds confiés à ce prestataire, en somme vous n'aurez pas votre mot à dire sur la façon dont votre argent sera géré !!!
     Pour toutes ces raisons la CGT a déclaré se réserver le droit de faire suspendre la consultation par le TGI de Nanterre sur cet accord afin d'avoir des explications claires sur ce que les travailleurs vont perdre en réalité !

Seule la CGT défend vos droits ! rejoignez la CGT !

DERNIER JOUR DE L'ULTIMATUM

Suite la réunion de négociation du lundi 22 juin, la direction s’est empressée de diffuser un                 « INTERFLASH » sur la finalité d’un soit disant dialogue constructif avec les Organisations Syndicales pour annoncer sa proposition ultime concernant l’éventuelle modification de nos plans de retraite actuels.
La CGT tient à souligner que la direction n’a, à aucun moment, entendu nos revendications qui s’articulent non seulement sur le maintien d’une garantie de ressources, mais également d’une amélioration de nos conditions de travail par l’amélioration de notre anticipation (personnel de jour et posté).
Grâce à la mobilisation des salariés lors de la grève du 23 avril, la direction n’ a pas eu d’autres choix que de revenir sur certaines de ses propositions initiales (ex : anticipation posté). Il n’en reste pas moins que sa dernière proposition est inacceptable :
_ Allongement drastique de la durée de travail, et plus particulièrement pour le personnel H-MOF
(jusqu’ a 12 ans max !!)
_ Perte de pouvoir d’achat par l’instauration d’un plan SOGECAP renforcé au détriment de la garanti de ressources : ce n’est plus ExxonMobil qui garanti notre retraite complémentaire mais bien le prélèvement d’une partie de notre salaire.
_ Perte de pouvoir d’achat par la mise en place d’un PERCO toujours au détriment de la garanti de ressource : même si cela reste du volontariat, nous n’avons pas d’autres alternatives si nous voulons constituer un niveau de retraite équivalent au système en vigueur.

Nous vous exposons les grandes lignes des accords proposés sans entrer dans le détail car de nombreuses régressions sociales seront appliquées telles que :
_Suppression de la prise en compte des jours fériés et prime pompiers dans le calcul de la cristallisation des salariés H-MOF
_ Déduction de l’anticipation obtenu dans le cadre du Compte de Prévention de la Pénibilité de notre anticipation ExxonMobil
_ Etc...
Pour résumer, la direction nous propose de :
_ BAISSER NOTRE PENSION DE RETRAITE.
_ COTISER PLUS INDIVIDUELLEMENT POUR AVOIR MOINS DE RENTE.
_ TRAVAILLER PLUS LONGTEMPS

Le tout bien évidemment dans le cadre d’un « dialogue sociale constructif » en imposant aux Organisations Syndicales de se prononcer (ou plutôt de venir signer) au plus tard le lundi 6 juillet sous peine de dénoncer les accords. Si tel est le cas, elle menace de proposer encore pire :
                                                  MERCI POUR CE DIALOGUE SOCIAL !!
A la CGT, nous pensons qu’il n’est pas à la seule main de la direction de décider de l’avenir des salariés, mais bien à celle des salariés. Il est donc plus que nécessaire de poursuivre cette négociation dans le but d’aboutir à un accord favorable pour les salariés.
                                        C’EST NOTRE DEVOIR D’IMPOSER A LA DIRECTION
                                                   NOTRE AVENIR ET NON L’INVERSE.
                                 DEMONTRONS A LA DIRECTION NOTRE ATTACHEMENT
                                              A NOS PLANS DE RETRAITE EXISTANTS.

TRAGEDIE PAS GRECQUE...

En ce moment même se tient la fin de la négociation du jour sur la destruction de notre plan de retraite, la direction est revenue sur des axes mineurs du texte de l'accord notamment sur la pension de réversion et sur l'alimentation du PERCO avec des jours de CP (avec ça et les RTT volés les vacances ne seront pas longues dans le futur...).
Bref rien n'évolue sur le fond et l'objectif de la direction reste bien d’arrêter de nous garantir une retraite décente. Apparemment cela a ému les autres OS car pour le moment il semble qu'il n'y ai aucun signataire pour valider cette casse de nos acquis, mais le DRH a demandé une suspension de séance afin de préparer une ultime proposition. Le RDH est adepte des coups de théatre dans ce genre mais il ne dupe plus personne.

NON A LA CASSE DE NOS RETRAITE !!!

A la reprise de la négociation le DRH revient donc avec de nouvelles propositions dont voici la primeur:
-retour à 34 ans de quarts pour avoir 5 ans d'anticipation maximum.
-retour à 18 mois maximum d'anticipation pour le personnel de jour
-légère amélioration de l'article 39
-sifflet pour la suppression du plan MOBIL jusqu'à l'age de liquidation pour  les gens nés     en 1965
-accord applicable au 1er janvier 2016
-PERCO à 1500 euros

Même si ces propositions ressemblent à des améliorations, il n'en est rien ! l'Accord dans son ensemble va faire disparaitre la garantie de ressource et donc faire baisser mécaniquement les rentes des futurs retraités de plusieurs centaines, voir milliers d'euros pour certains ainsi que générer une baisse conséquente de notre pouvoir d'achat avec l'augmentation du prélèvement SOGECAP et la quasi obligation de mettre de l'argent sur un PERCO dont le rendement et les fonds ne seront pas garantis par ExxonMobil  !!! Il y'a de l'argent chez ExxonMobil, les marges actuelles sont mirobolantes et la société n'est pas en crise !!! Rien ne justifie un tel recul social, des sacrifices, le personnel en a déjà trop fait.
La CGT dit STOP !!!





RETRAITE LE COUTEAU SOUS LA GORGE

Dès l’ouverture des pseudo-négociations sur la retraite, il y a plusieurs mois, le directeur des ressources Humaines a affirmé que cette négociation se ferait à enveloppe constante pour les salariés.
« Complètement faux, car ce que la direction finance actuellement serait en partie (SOGECAP +PERCO) financé par les travailleurs impactant de fait leur pouvoir d’achat.
Il est évident que la direction veut gagner de l’argent pour nourrir la rapacité des actionnaires sur les conditions de retraite des travailleurs, seuls créateurs de richesses.
Comme vous avez pu le lire dans l’interflash de la direction daté du 4 juin 2015, cette pseudonégociation se terminera le 22 Juin, ultimatum imposé par la direction et affirmé par la menace mentionnée :
« La direction a précisé qu’à défaut d’accord valide, elle devrait prendre ses responsabilités en dénonçant tous les accords de retraite en place »
CELA NE VOUS RAPPELLE PAS LES MENACES DE FIN DE NÉGOCIATION RTT ?
La direction réitère sa grande stratégie de la menace. Elle donne même un délai aux organisations syndicales (jusqu’à la fin du mois de juin) pour se prononcer sur cet accord scélérat.
Pendant ces 8 jours (du 22 au 30 juin), la direction va continuer d’essayer de faire passer la pilule aux travailleurs avec l’aide des hiérarchies, certains iront même jusqu’à envoyer des mails de menaces à certaines organisations syndicales !!


RETRAITES : POURQUOI LA DIRECTION VEUT-ELLE ALLER VITE ?
Nous avons la réponse :
Parallèlement à notre négociation dans le groupe ExxonMobil se tient une négociation nationale sur les retraites complémentaires dans laquelle le MEDEF (dont l'ancien trésorier vient de l'Union Française des Industrie Pétrolières UFIP) a dévoilé ses cartes ce matin : proposition de baisse de 40% de la rente complémentaire Agirc/Arrco entre 62 et 67 ans !
Avec notre dispositif actuel, cette baisse des régimes complémentaires serait absorbée par la garantie de ressource ce qui ne sera PAS LE CAS avec l’accord proposé !!!


IL EST DONC PLUS QUE JAMAIS PRIMORDIAL DE CONSERVER NOS ACQUIS
FACE A LA CASSE DES ACCORDS EXXONMOBIL ET NATIONAUX !!

LA CGT A DÉJÀ FAIT UN APPEL A LA GRÉVE LE 23 AVRIL 2015.
AUCUNE DES ORGANISATIONS SYNDICALES NE DOIVENT SIGNER CET ACCORD. AU CONTRAIRE, ELLES DOIVENT TOUTES ENSEMBLE LANCER UN NOUVEL APPEL INTERSYNDICAL A LA GRÉVE !
NOS CONDITIONS DE DÉPART EN RETRAITE DÉPENDRONT DE NOS ACTIONS.
NE RESTONS PAS IMMOBILE FACE A LA POLITIQUE PATRONALE,
STOP A LA RÉGRESSION SOCIALE. POUR LA DEFENSE DE NOS ACQUIS,
MOBILISONS
NOUS !