Casse des accords retraite



Le 19 novembre 2014 a eu lieu une réunion sur les retraites où la direction a présenté ce qu’elle comptait imposer aux salariés… casse des accords retraite par une remise en cause de l’ensemble des dispositions de ces accords :
Suppression de la garantie de ressource, c’est-à-dire disparition de la garantie d’une pension de retraite de 70 %.
Suppression du plan de retraite fermé Mobil (personnel Mobil embauché avant 1989).
Suppression à terme du plan chapeau.
Suppression du plafond de l’âge de départ à la retraite (actuellement 62,5 ans) et remplacé par l’âge de liquidation des droits selon la loi à 67 ans à taux plein.
Perte de pouvoir d’achat des salariés au travers de l’augmentation des cotisations versées soit dans le cadre du plan à cotisations définies (Sogecap) ou d’un perco.
Suppression de l’anticipation des 18 mois pour le personnel jour. Le directeur des ressources humaines France a affirmé que le personnel de jour n’était pas affecté par la pénibilité.
Suppression de 5 ans d’anticipation maximum pour le personnel posté. Mise en place de l’accord UFIP sur l’anticipation, c’est-à-dire 4 ans d’anticipation maximum pour 36 ans de travail posté 3x8 (travaillez 2 ans de plus pour 1 an de moins d’anticipation !!!).

La direction pleurniche sur le montant des retraites des travailleurs (celles-ci  coûteraient bien trop chères),  elle parle certainement de celles des mandataires sociaux plus de 20 M € sur trois ans pour cinq à six individus… Cherchez l’erreur !!!
La C.G.T, force de proposition, a porté ses revendications tant pour le personnel posté que pour le personnel de jour lors de cette réunion … revendications qui ont été refusées nettes par la direction.
Force est de constater que celle-ci ne voulait absolument pas négocier mais imposer son diktat ! 
La signature des organisations syndicales patronales C.G.C. et de la C.F.D.T. de l’accord sur l’augmentation du temps de travail (reprise des RTT) pour soi-disant sauvegarder nos accords n’a eu pour effets que de mettre en œuvre la machine infernale de la direction concernant la destruction de l’ensemble de nos acquis sociaux. 
Seule la C.G.T. s’est opposée aux propositions obscènes de la direction.
Seule une mobilisation massive des travailleurs empêchera la destruction inéluctable de nos acquis sociaux par la signature des organisations syndicales complices de la direction.
Votre niveau de retraite est entre vos mains !
Si vous ne vous mobilisez pas, ne vous faites aucune illusion, la direction et ses valets vont s’en occuper !

Les propositions inacceptables de la direction vont se traduire par : 
Travailler plus longtemps !  Cotiser plus !  Toucher moins de pension de retraite !