DEUXIÈME PROPOSITION DE L’UFIP

Voici la deuxième proposition de l’UFIP :

- + 0,7% sur les minis
- Plancher de la prime de quart sur le K270

Si l’UFIP a relevé le Plancher de la  prime de quart, c’est belle et bien le résultat de la mobilisation dans les raffineries qui a imposé cette amélioration.Cependant, cela reste toujours une provocation de l’UFIP qui refuse de garantir que cet accord s’appliquera dans toutes les entreprises de la branche.

La mobilisation doit s’organiser chez EXxonMobil PJG pour imposer nos revendications

APRÈS LE REFUS, LA PROVOCATION DE L’UFIP

Après avoir essuyé un refus concernant des garanties sur nos éléments de salaire, l’UFIP annonce sa provocation envers les salariés par sa proposition suivante sur les salaires :

-    +0,6% sur les minis
- une recommandation sur les réels inférieure au niveau des minis
- Plancher Prime de Quart (aujourd’hui sur le K250 au niveau de la branche) ne bouge pas car à dejà bougé fin 2014.
- un geste sur la RMAG et la surmajoration conventionnelle.

LA CGT CONSIDÈRE CETTE PROPOSITION COMME UNE PROVOCATION !!!

PREMIER REFUS DE L’UFIP

A la suite de l’intervention CGT, l’UFIP refuse de prendre engagement sur l’application dans toutes les entreprises de la CCNIP du résultat de la négociation d’aujourd’hui.
 La délégation CGT s’interroge s’il faut rester dans un simulacre de négociation qui ne débouchera que sur une « recommandation ».
L’UFIP REFUSE D’OUVRIR LA NÉGOCIATION SUR LES 3 POINTS SUIVANTS :
- Garanties des éléments salariaux
- Anticipation
- CHSCT instance indépendante

Négociation de branche

A l’appel de la CGT, de nombreuses raffineries se sont mises en grève dès ce matin pour peser sur la négociation salariale de branche et notamment pour revendiquer des garanties sur notre convention collective concernant les éléments salariaux, telle que la prime d’ancienneté mais également l’anticipation postés et de jour ainsi que le maintien des CHSCT’s instance indépendante.

La situation ce matin est la suivante :

- 100% de grévistes postés a ESSO FOS
- 90% à INEOS LAVERA
- 60% à TOTAL Grandpuits
- 50% à TOTAL La Mède

Sur la Raffinerie de Gravenchon, le nombre de grévistes insuffisant n’a pu maintenir l’appel sur le quart du matin. Cela n’empêchera pas de renouveler l’appel à la grève sur les quarts de l’après-midi et de nuit.

grille de quarts/ordonnances Macron

La direction a annoncé ce matin aux OS qu'elle renoncais à la "négociation" sur les grilles de quarts ainsi qu'au "self planning" mais qu'elle compte bien s'y prendre autrement pour augmenter la rentabilité des postés à court terme.
Dans le même temps la lutte contre les ordonnances Macron continue au niveau interprofessionel avec deux manifestations ce jeudi 16 novembre :
_ 10h30 quai Southampton (arches de containers au Havre) et a 14h30 à Lillebonne au théatre Romain.
La lutte pour sauvegarder notre branche pétrole prendra la forme d'un appel à la grève pour le jeudi 23 novembre afin de peser sur la négociation UFIP le même jour et faire graver dans le marbre l'anticipation postés, la grille de rémunération avec toutes les primes ainsi que la préservation des CHSCT qui sans cela disparaitront à la fin des mandats en cours.
Sans mobilisation des travailleurs d'ExxonMobil la direction n'attendra pas pour appliquer ces reculs sociaux sur nos sites, la tentative du Self Planning en est la preuve !!!

La FNIC CGT appelle à la grève dans le pétrole le 23 novembre 2017

Les  syndicats  CGT  de  la  branche  Pétrole se sont réunis le 25 octobre.
La FNIC-CGT a reçu une fin de non recevoir  de  la  part  des  patrons  du  Pétrole  à
notre  exigence  de  préserver  dans  la  branche professionnelle les éléments salariaux, l’anticipation pour les salariés postés et  les CHSCT  et  ses  prérogatives,  autant  d’éléments  menacés par les ordonnances Macron.  Aucun  employeur de la branche n’est aujourd’hui prêt à s’engager par écrit, sur le caractère non dérogeable de la Convention collective.

En conséquence, les syndicats du Pétrole sont entrés  dans  un  processus  de construction  du rapport de forces. La FNIC-CGT appelle l’ensemble  des  branches  professionnelles  de tous les secteurs à en faire de même.
Partout dans les entreprises, les sites, les salariés,  toutes  catégories  confondues,  sont
appelés  à  débattre,  prendre  conscience,  non seulement  de  la  rupture  sociale  qu’impliquent les  ordonnances  Macron,  mais  aussi  de  la nécessité de leur mobilisation massive.

Le 23 novembre prochain, la CGT  portera  pour  revendication  le maintien  des  garanties  collectives telles que décrites ci-dessus. 
Dès le 23 novembre matin, la  Fédération  appelle  à  la  grève  dans l’ensemble  des  sites  pétroliers  pour  24 heures.
En l’absence de réponse positive aux revendications,  la  FNIC-CGT  appelle  à  décider,  par des assemblées de personnel gréviste, à :  

-Reconduire le mouvement, 
-L’étendre  par  l’arrêt  des installations  dans  l’ensemble  de  la  branche
 Pétrole,Sur  tous  les  sites,  raffinage,  pétrochimie,  dépôts
 de  carburants  et  dépôts portuaires,  stations  aéroportuaires  d’avitaillement,
 etc.

Lettre ouverte à l'attention de L'UFIP

Les ordonnances Macron ont pour fonction, entre autres, de remettre en cause les garanties larges que sont les Conventions collectives.  La Convention collective Pétrole, elle-même socle des accords de groupe et d’entreprise, est touchée comme les autres.
La CCNIP comporte trois volets que la CGT considère comme devant être impérativement préservés au niveau de notre branche professionnelle :
 _ les éléments salariaux,
 _ les anticipations au départ en retraite pour certaines catégories de  salariés,
 _ enfin, le CHSCT en tant qu’instance souveraine, compte tenu de la  dangerosité de nos activités.

Sauf à considérer qu’une large mobilisation interprofessionnelle se manifeste dans les jours qui viennent pour abroger les ordonnances, la CGT Pétrole  entend faire valoir les intérêts des salariés de la branche en exigeant  l’ouverture d’une négociation immédiate en présence du Ministère du  Travail, de manière à obtenir satisfaction sur les trois points évoqués  ci-dessus.

En l’absence de réponse positive, nous prendrons nos responsabilités et entrerons, à PARTIR DU LUNDI 23 OCTOBRE, dans un processus amenant à la GRÈVE  RECONDUCTIBLE dans le raffinage et dans l’ensemble de la branche Pétrole.
A bon entendeur.

Emmanuel LEPINE
Secrétaire Général FNIC CGT
LETTRE

Négociation grille de quart

17h : la direction ne souhaite pas presenter quatre systeme de grille de quarts. fin de négociation...

16h45 : nous n'avons eu qu'une présentation technique du système ce qui pose beaucoup de questions sur les modalités d'application, les règles et les obligations.


16h : il apparaît que rien n'est a négocier aujourd'hui. La direction ne veut pas parler des droits ni des obligations. Il semble que les JN les RTT et les repos cerclés disparaîtraient dans le futur (à confirmer)
Étape 3 : à la fin de la période de souhait une grille temporaire est figée. Les travailleurs auront donc fait le travail du chef et c'est même possible de le faire de chez soi !!! Le nombre de personnes maximum en supplémentaire sera soumis à négociation ainsi le nombre de quarts à effectuer par an !
Étape 4 : grille définitive avec le moins possible d'heures supplémentaires !



15h30 : après une pause bien méritée car le ton commençait à monter la présentation continue. La mise en place est en 5 étapes :
1: définir les besoins de l'unité en effectifs mini et maxi et en habilitations
2 : les postés choisissent les quarts et les postes qu'ils préfèrent dans le roulement qui est temporaire  (durée à definir). Il y'a un véto possible à négocier pour refuser une modification de planning. Une banque de temps pour échanger des quarts peut être mise en place (à négocier).
3 : En cas de conflit c'est le CO et le planificateur qui trancheront. Par contre cest dommage pour le covoiturage...

15h : pour la CGT ce projet sert à supprimer des postes. Pour un élu il faudrait d'abord parler de SBF et de temps de travail avant de définir les modalités d'application. Les entreprises qui nous sont présentées en comparants sont très éloignées de la pétrochimie : transporteur, mairie belge, maison de retraite etc...

14h30 : la présentation d'un système de pointage alternatif commence. Pour l'intervenant les travailleurs veulent avoir chacun leur grille de quarts. Les jeunes et les vieux n'ont pas les mêmes besoins du coup il faut mettre en place un "Self planning". Le patron défini le quoi comment et le travailleur le qui quand ! Il y'a des règles à respecter et c'est la fin des équipes de quarts. Pour la CGT c'est dangereux de casser les collectifs de travail.


14h15 : certaines spécificités organisationnelles pourront être prises en compte (Escorez, Vistalon, Additifs...) les élus constatent que le groupe de travail n'a pas apporté satisfaction à la direction. Il y'a un médecin du travail spécialiste des rythmes de travail et elle n'est même pas dans ce groupe de travail...

14h : Fos  garde un statut à part. Si Fos veut garder sa grille elle la gardera. La PAO sera harmonisée quoi qu'il arrive...

13h45 : deux nouvelles dates sont fixées les 28 et 30 novembre. La direction réitère le fait que le changement se fera avec l'accord des postés sans préciser les modalités de la consultation du personnel

La direction vient en force avec 3 DRH et 2 directeurs d'opération ainsi qu'un intervenant d'un cabinet de consulting.

13h30 : Pour la direction il faut aller vite car il y'a de l'attente sur le terrain. Pour la CGT et FO ce n'est pas le cas, les salariés préféreraient garder leur rythme actuel pour la plupart
13h

l'actualité chez ExxonMobil

Une nouvelle date de manifestation unitaire contre les ordonnances Macron à l'appel de plusieurs syndicats a été décrétée il s'agit du 10 octobre.
a cette occasion trois cortéges s'élancerons dans notre région :

_ ROUEN    10h cours Clémenceau
_ Le Havre   10h30 FRANKLIN
_ Lillebonne 15h30 Théatre Romain

Les ordonnances Macron c'est :
_ la suppression des CHSCT (sans lesquels nous n'aurions pas pu nous défendre contre l'obligation de rasage)
_ la fusion des instances de CE et de DP avec de fait leur affaiblissement
_ l'inversion de la hierarchie des normes qui permettra au patron de supprimer les acquis de la convention collective : anticipation postés, primes de quarts, d'anciénneté, couverture maladie supplémentaire, journées enfants hospitalisés etc...
_ facilitation des licenciements et plafonnement des indemnités
_ réferendum d'entreprise permettant à l'ensemble du personnel de voter pour les conditions de travail d'une minorité (grille de quarts ?)
_...

_ La direction ExxonMobil a annoncé en CHSCT l'abandon de l'obligation de rasage et la mise en place de matériel respiratoire adapté a chaque travailleur. C'est une grande victoire des travailleurs ExxonMobil pour leur sécurité et conditions de travail qui démontre l'importance de cette instance pour la santé de tous.

_ L'affaire habillage/deshabillage et paiement des primes pendant les jours de grève passe au TGI de Nanterre le 7 novembre prochain, si la CGT a pu lancer cette action au nom de tous c'est parce qu'elle a des militants formés et des syndiqués dont les cotisations permettent de payer les frais de justices. Avec les ordonnances Macron ce genre de démarches judiciaires seront trés compliquées a mettre en place car le nombre d'élus pour s'en occuper sera trés fortement réduit !!!

Plus que jamais il est temps pour toutes et tous de se mobilisés pour sauvegarder nos droits ! Syndiqués vous et participez aux AG organisées par les organisations syndicales pour faire ne tendre votre voix !


MOBILISATION !! SEUL MOT D’ORDRE CONTRE LA LOI TRAVAIL XXL



Après une mobilisation qui a réunie environ 10 000 salariés au Havre et 6000 à Rouen, la CGT a décidé de poursuivre la lutte contre cette loi travail XXL.
     Ce n’est pas la provocation de  MACRON qui nous  considère comme des « FAINéANTS », parce nous nous opposons de façon démocratique à son projet de loi, que nous allons céder. 
Ce ne n’est pas non plus Édouard PHILIPPE qui espère nous faire croire que Mr MACRON applique son programme parce que la majorité des français ont voté  pour lui. Il est nécessaire de rappeler que Mr MACRON - Président de la France - a été élu avec seulement 43,63% du corps électoral français inférieur à la majorité absolu des 50% (chiffre qui tient  compte de l’abstention + vote blanc + vote nul). 

Mais pourquoi défendre le code du travail  ?

Comme nous vous l’avons expliqué dans le tract du 1er septembre, les grands principes du code du travail sont remis en cause comme par exemple les négociations d’entreprises qui prennent le dessus sur le code du travail (inversion de la hiérarchie des normes).
Un accord d’entreprise inférieur à la convention collective ou du code du travail serait légal.
Pour exemple, une anticipation « posté 3X8C » pourrait être inférieure au 4 ans de la CCNIP, voir même une disparition pure et simple pour l’ensemble des salariés (jour et postés).

Quel impact pour les salariés ExxonMobil ?

Il y a un exemple concret d’actualité qui concerne nos salaires : lors de la dernière négociation salariale, accord signé par 2 Organisations Syndicales, il a été décidé de renégocier la rémunération des OETAM par le plafonnement de nos salaires.
Mais dans le futur, si les ordonnances devaient être appliquées, la direction pourrait, grâce à la loi travail,  fixer le plancher de la grille salariale sur le mini hiérarchique de la convention collective. Cela signifie que la direction serait en capacité de passer le K185 de 2 031 € à 1 638 €.
 Un recul considérable qui rapprocherait le salaire des futurs embauchés à celui du SMIC (1480€) !!
La direction ExxonMobil va-t-elle utiliser les ordonnances de la loi travail ?

Bien évidemment puisqu’elle a d’ores et déjà annoncé vouloir repousser les élections professionnelles telles qu’autorisées par les ordonnances si elles devaient être publiées. La direction pourrait ainsi mettre en place dès 2018 le « Comité Sociale Economique » qui supprimera alors le Comité d’Entreprise, les DP et surtout le CHSCT.

INACCEPTABLE POUR UNE ENTREPRISE SEVESO 2  COMME LA NOTRE

Il est donc plus que nécessaire de se mobiliser
JEUDI 21 SEPTEMBRE pour défendre
le code du travail actuel qui garantie les intérêts des salaries


La CGT appelle l'ensemble des travailleurs a faire grève le jeudi 21 septembre 

· a partir de 8h00 pour le personnel de jour
· Des 6h00 pour le personnel « posté »

Une prise de parole, pour déterminer ensemble des modalités d’action, sera effectuée à :

5h45 - 8h00 et 13h45 à la porte A.

D’ores et déjà, nous pouvons vous annoncer qu’une manifestation se déroulera au Havre à 10H30 cours de la république (Franklin) et à Rouen le matin, mais également une manifestation à LILLEBONNE à 14h30 - place du théâtre Romain.