Retraites complémentaires: des centaines d'euros perdus pour les futurs retraités ?

Alerte sur les retraites complémentaires. Si rien n'est fait, les réserves seront épuisées d'ici à 2018 pour l'Agirc (régime pour les cadres), et à 2027 pour l'Arrco (régime pour les salariés). Pour éviter cela, le Medef propose, entre autres, qu'à partir de 2019, un salarié arrêtant de travailler à 62 ans se voit appliquer une décote de 30% la première année, 20% la suivante et 10% à 64 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein à 65 ans. Une proposition à laquelle s'oppose vivement la CGT, qui penche pour une hausse des cotisations patronales. Le syndicat a ainsi calculé le manque à gagner pour les salariés si la proposition de l'organisation patronale était retenue, en établissant plusieurs scénarios, publiés mardi 15 septembre.

La CGT a évalué à 7.667 euros la perte de revenus sur trois ans d'une cadre, dont le salaire annuel net serait de 41.305 euros et qui partirait à la retraite à 62 ans. En appliquant l'abattement dégressif proposé par le Medef, le syndicat souligne que la future retraitée ne "toucherait donc plus que 2.035,5 euros nets par mois la première année, soit une perte de 319,5 euros/mois; 2.142,1 euros nets mensuels la 2ème année, soit une perte de 212,9 euros/mois; et enfin 2.249 euros nets la troisième années, soit une perte de 106 euros/mois".
 
Reprise des négociations le 16 octobre
Dans un deuxième scénario, un salarié licencié à 59 ans et demi déciderait de prendre sa retraite à 60 ans, après avoir commencé à travailler à 16 ans. Son dernier salaire annuel net s'élève à 13.581 euros. Pour lui, le manque à gagner serait de 1.702 euros sur trois ans.
Les négociations entre les partenaires sociaux, qui ont démarré en début d'année avant d'être interrompues en juin, doivent reprendre le 16 octobre.

3 commentaires:

  1. Dans la pure continuité de la direction d'exxon et de ses sbires d'organisations dites "syndicales" qui signent ( sans connaitre les tenants et aboutissants de leurs pleutres signatures ) ou qui s'abstiennent dans le dossier de notre retraite ! Organisations qui acceptent le soi disant "dialogue social" pour lequel le MEDEF applaudit (cherchez l'erreur ou plutôt les bénéfices pour nos très chers actionnaires et les moutons qui bêlent en suivant les nantis pour essayer de leurs ressembler ... A croire que l'Homme qui recherche la richesse facile du capitalisme, pour la grande majorité, ne descend pas du singe mais du mouton ) !

    Demandons donc à ces "organisations" de nous rendre les 2 ,4 ,6 ,8 années de notre Vie au travail , pour rien pour nous au bout du compte ( Notre retraite au rabais) ,mais dans un contexte fallacieux de pérenniser Notre entreprise et surtout Nos trop chers actionnaires !!!

    RépondreSupprimer
  2. Cette année ils faut de vrai augmentation de salaires , dite le a la direction lors des qu de fin d année,aux menaces des patrons répondront par la menace d une greve , c'est le seul moyen ,surtout quand les marges explosent

    RépondreSupprimer
  3. Les directions commencent déjà le travail de préparation des esprits en vue des salariales : "il faut résorber les pertes des années antérieures, la corporation ne fait pas de gros bénéfices cette année" (+6milliards de $ au 2eme trimestre...). Encore une fois, les augmentations il va falloir aller les chercher sinon elles ne seront pas bonnes !

    RépondreSupprimer