AUGMENTATION DU TEMPS DE TRAVAIL

La direction générale a convoqué les organisations syndicales le 20 février 2014 dans le cadre d’une pseudo négociation sur le temps de travail. En effet, cette réunion n’a fait l’objet d’aucune discussion avec les organisations syndicales lors de la réunion N.A.O. (réunion obligatoire de planification des négociations qui auront lieu dans l’année en cours).
Quand la direction veut discuter d’un sujet, elle s’en donne bien tous les moyens !
Cette pseudo négociation, pseudo négociation car la direction a d’entrée exposé ce sur quoi elle voulait discuter : la suppression du personnel.
Nous lui avons objecté que la réduction de coûts annoncée n’était qu’un prétexte fallacieux pourdétruire des emplois (suppression de RTT, suppression des CDD, suppression de travailleurs temporaires) ce qui représente pour le pétrole un « gain » de 0,13 % du budget de la raffinerie !!!!.
0,13 % de « gain » attendu pour relancer la soi-disant compétitivité et redonner confiance aux
actionnaires ???!!!!
La direction nous a indiqué par ailleurs que les efforts demandés (suppressions de RTT) ne seraient pas suffisants. Par conséquent, attendons-nous à d’autres coupes sombres.
Après « l’augmentation salariale » minable de 0,6 %, une première, d’autant que 80 % des salariés ont été classés PI (performance insuffisante), elle s’attaque à l’augmentation du temps de travail. Elle a très vite éludé le sujet de la productivité, sujet gênant pour elle, car les salariés Français sont classés parmi les plus productifs au monde (avant les Hollandais et Allemands) !
Nous avons très vite compris que le seul but de la direction est de supprimer
du personnel (ExxonMobil et intérimaire) sans que cela ne lui coûte et que
un des vecteurs pour y arriver est la suppression des RTT.
En conséquence, la CGT Chimie et Pétrole appelle les salariés et toutes les Organisations Syndicales à se déterminer pour un mouvement de grève en assemblée générale le 14 MARS 2014 :
RDV personnel posté à la porte A à 5h30
RDV pour le personnel à la journée Porte A à partir de 7h30
CE N’EST PAS NOUS QUI ATTAQUONS VOS ACQUIS ! L’AGRESSEUR C’EST LA DIRECTION !

LA GREVE POURQUOI ? 
 Réorganisations Chimie / Pétrole :
LPP, Elastomères et additifs : suppression de 45 postes
Pégase, MEE (baisse du SBF = suppression de postes)
Annonce de 100 suppressions d’emplois côté pétrole
Annonce de 100 suppressions d’emplois côté chimie
Annonce de suppressions d’emplois pour les entreprises extérieures (personnel déjà sous payé avec des conditions de travail déplorables)
Fin des embauches (CDD, BOP, intérimaires etc.)
LE SEUL BUT DE LA DIRECTION EST DE DÉTRUIRE DES EMPLOIS 
Volonté affirmée de la direction de supprimer et de bloquer des RTT :
Aucune justification économique (source : experts comptables des CCE)
La suppression des RTT : c’est la dégradation des conditions de travail
La suppression des RTT : c’est la dégradation de la santé des travailleurs
_« Augmentation » générale :
« Augmentation » générale lamentable de 0,6 %
80 % du personnel classé en performance insuffisante (PI)
 Investissements :
Aucun investissement pour assurer la pérennité des sites chimie / pétrole
Pas d’optimisation des moléculed
Pas d’optimisation des installations
 Bonus, primes et avantages divers :
La direction a déjà annoncé qu’elle refusait catégoriquement de supprimer tous les avantages qu’elle s’octroyait ainsi qu’à ses cadres
C’est cette même direction qui nous dit de nous serrer la ceinture !!! Bel exemple !!!
 Cette liste n’est malheureusement pas exhaustive :
La direction a déjà annoncé que les efforts demandés ne suffiraient pas
Les 200 suppressions d’emploi annoncées ne sont qu’une première étape
Le rôle des organisations syndicales n’est pas de collaborer à la destruction d’emplois

C’EST POUR TOUTES CES RAISONS QUE LA CGT VOUS APPELLE A LA GRÉVE
SOIT NOUS SUBISSONS SOIT NOUS RÉAGISSONS A NOUS TOUS DE CHOISIR

10 commentaires:

  1. Bonjour,

    Par cette action, c'est vraiment le moment de faire union avec tous les syndicats représentés sinon, vous allez droit dans le mur et une fois de plus, c'est la direction qui se frottera les mains!!!!!! En espérant que le personnel plutôt laxiste suivera.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les autres OS ont été contactées, on attend leur réponse.

      Supprimer
    2. Les autres OS préfere aller négocier le recul social et ne s'associe pas à notre démarche de mise en oeuvre d'un rapport force en capacité de faire réculer la direction.

      Supprimer
    3. Sacré nouvelle ! Finalement certaines OS finissent par écouter la volonté des salariés... dommage que cela arrive si tard.

      Supprimer
    4. la volonté d'une partie des salariés qui ne voient que leur intérêt personnel et serrent les fesses en se disant "pourvu que mon poste ne soit pas supprimé" quel courage !

      Supprimer
    5. "la volonté d'une partie des salariés" ?
      Je ne comprend plus, dans un précédant tract "l'ensemble" des salariés étaient contre.....

      Supprimer
  2. A lire : http://www.liberation.fr/terre/2014/02/27/le-patron-americain-qui-voulait-bien-du-gaz-de-schiste-mais-pas-chez-lui_983493

    RépondreSupprimer
  3. Du profit du profit ..... sur leurs comptes mais les nôtres restent en panne sèche !
    Un bon exemple de cette mentalité !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Je reviens un instant sur les "dîtes négociations salariale annuelles", finalement qu'il y ait réunion ou pas avec la direction sur le sujet des augmentations salaiales, c'es elle qui a le dernier mot, alors signature ou pas de l'accord, cette dernière fait ce qu'elle veut bien.. Alors, tout ça pour ça!!!! Pourquoi ne pas avoir accepté l'accord final qui était, je crois de 2.4% d'augmentation générale... Car à mes yeux, les suppressions de postes éventuelles auraient dû se débattre lors un autre ordre du jour... Ces derniers temps, il a été opposé les augmentations de salaires avec les suppressions de postes.. Inadmissible à mes yeux!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est illégal de baisser le taux horaire de rémunération de ses salariés sans contrepartie d'engagements de maintien de l'emploi dans le temps.

      Supprimer