Résultat de la négociation salariale UFIP 2012

Sous prétexte d’un climat économique difficile et d’un battage médiatique sur la dette des Etats de la zone Europe, une nouvelle fois l’UFIP ne répond pas aux besoins réels des salariés malgré les bénéfices record des grands groupes pétroliers.
Cette négociation salariale de la branche pétrole, accord signé par la CFTC et la CFDT, se traduit par le résultat suivant :
- Revalorisation du mini conventionnel de 2%,
- Recommandation sur les salaires réels de 1.1%,
- Sur-majoration conventionnelle appliquée du K130 au K200 inclus
- Revenu Minimum Annuel Garanti (RMAG) dans la branche à 20000€ soit 1666€ brut/mois,
- Indemnité de Départ en Retraite (IDR) porté à 6 mois sur une période transitoire de 2 ans, 3 mois existant + 3 mois soumis à conditions (ancienneté dans l’entreprise, délai de prévenance de 6 mois, Intégralité des trimestres) pour carrière pleine, 4.5 mois pour 10 ans minimum. d’ancienneté
- Reconduction de la clause filet pour les cadres,
- Mise en place d’échanges de vues concernant le socle de prévoyance, le développement de carrière des femmes, le développement de la 2ème partie de carrière professionnelle.
Alors que c’est en augmentant les salaires qu’on pourra sortir de « leur » crise, l’UFIP donne un signal contraire et organise un recul du pouvoir d’achat des salariés, seuls créateurs de richesses.
Place désormais aux négociations salariales ExxonMobil le 5 décembre prochain où la CGT vous informera sur le déroulement des négociations toute la journée via les moyens mis à votre disposition :

Pour le personnel sur le site : INTRANET : disque I : \shrsyn\cgt\cgtintranet
Pour le personnel en repos : INTERNET : ici
RESISTER OU SUBIR : nous sommes tous devant nos responsabilités
L’avenir sera ce que nous en ferons.
AVEC LA CGT défendez votre outil industriel,
défendez vos emplois, et ceux de vos enfants,
défendez votre convention collective et vos acquis sociaux

TOUS ENSEMBLE C’EST MAINTENANT

1 commentaire:

  1. Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres.

    Je ne vois pas en quoi c’est une crise. Depuis que je suis petit, c’est comme ça


    coluche

    RépondreSupprimer