L’UFIP organise la casse du raffinage et le recul des salaires

La négociation salariale à la branche
Pétrole s’est soldée par la signature, par
deux organisations syndicales, de l’accord
suivant :
Relèvement des salaires minimums de 2 % :
Après l’accord de l’an dernier, signé par quasiment les
mêmes, et qui n’a même pas couvert l’inflation
« officielle » (elle-même très inférieure à l’inflation réelle),
cette mesure entérine une nouvelle perte programmée du
pouvoir d’achat.
Recommandation de relèvement sur les salaires
réels de 1,1 % :
Ce sera la base de départ des négociations de groupes et
entreprises, alors que par exemple l’indice UNAF observe
+3,6 % sur les dépenses des familles depuis janvier 2011.
Il va falloir que les salariés interviennent s’ils ne veulent pas
subir un nouveau recul.
Sur majoration conventionnelle (SMC) dont le
coefficient pivot passe à 215 :
Ce dispositif est l’usine à gaz inventé par l’UFIP pour maintenir
les salaires minimums des premiers coefficients audessus
du SMIC. Cette SMC écrase l’échelle des bas salaires
et déstructure la grille conventionnelle.
La rémunération minimum annuelle garantie
(RMAG) passe à 20.000 € :
Cette RMAG comprend le salaire et les primes de toutes
sortes.
L’indemnité de départ en retraite (IDR) passe de 3
à 6 mois, sous conditions, et pour une durée limitée
à deux ans. Voir les détails du texte en le téléchargeant
sur le site www.fnic.cgt.fr
Deux clauses reconduites de l’accord 2010 et organisations
d’« échanges de vues » sur 3 sujets en 2012 :
Voir les détails dans le texte.
La négociation a été ponctuée par la venue
d’une délégation de 75 salariés de la raffinerie
de Pétroplus Petit-Couronne (76), en grand danger
suite à l’annonce d’abandon par leur direction
de l’activité d’huiles, malgré un carnet de
commandes plein. L’UFIP a été interpellée par
nos camarades normands sur sa responsabilité
dans ce qui se produit sur le raffinage en France
et en Europe.
En fin de réunion, la CGT a fait la déclaration
suivante à l’UFIP :
Le discours fataliste (il n’y a pas d’alternative au
démantèlement du raffinage) n’est pas une
« réalité » mais une position de classe. Au contraire,
d’autres solutions existent sur la politique du raffinage,
à l’image de celle portée par la seule CGT
lors de la table ronde du raffinage, sur la base du
plan alternatif proposé par l’Institut Français du
Pétrole
La chambre patronale a passé la négociation à
rechercher des signataires à minima, et non à répondre
aux revendications. Il en résulte un accord
de recul social.
L’UFIP, qui n’est qu’un lobby d’intérêts privés, les
intérêts des actionnaires qui sont propriétaires des
raffineries, n’a aucune légitimité à parler au nom
de notre outil industriel qu’est le raffinage. L’UFIP
porte la responsabilité de la situation actuelle.
La CGT interpellera les salariés sur les questions
d’emploi industriel dans le Pétrole, comme sur la
question des salaires.
Il a manqué pour cette négociation salariale Pétrole une
mobilisation des salariés. L’heure est maintenant aux
négociations salariales par entreprise. Elle est surtout à
la défense de notre outil industriel.
Allons-nous nous laisser démanteler les uns après les
autres ? Après les fermetures de Flandres, de Reichstett,
les annonces de LyondellBasell et Pétroplus sont une
catastrophe pour nos industries. Et d’après
l’UFIP, ce ne serait pas fini… A qui le tour ?
Il est grand temps de réagir,, tous en--
semble,, sur les attaques contre nos em
plois et nos salaires..

1 commentaire:

  1. Suite à un "accord" ufip déplorable il va falloir mettre les bouchées doubles !
    Les pourcentages c'est entièrement anti sociale ! !
    2% sur un salaire de 2000 euro et 2% sur un de 8000 n'est pas du tout la même augmentation !un va avoir 40 euro et l'autre va lui dire " tu as eu 2% c'est énorme ! " et lui même à eu une augmentation de 160euro ! ! !
    STOP au pourcentage !
    Pour les négociations EXXONMOBIL 2012 :
    *Augmentation de 150euro pour tous
    *Prime de quart unique basé sur le plus haut coef de la plateforme
    *Déplafonner la prime d'ancienneté
    *Augmentation de l'abondement passage à 2200 euro net !
    *Prime de 1500euro

    EXXONMOBIL enrichie les plus riches ... et laisse des miettes pour les OETAM

    IL FAUT QUE CELA CHANGE ! ! !
    ON COMPTE SUR VOUS SYNDICAT , REPRESENTANT DU PERSONNEL ...

    RépondreSupprimer